Interdiction manifeste.

images (1)

Il y a trente ans jour pour jour disparaissait Michel Colucci alias Coluche. Il fut témoin de la grande manifestation syndicale de mars 1979 à Paris pour la survie de la sidérurgie et contre le chômage (qui inspira entre autres son célèbre sketch le Chômeur). Cette année–là, de multiples incidents eurent lieu le 23 mars à Paris lors de la dislocation du cortège. Pour avoir assisté, Place de l’Opéra , à ces violences entre les autonomes et les forces de l’ordre, je peux témoigner de l’attaque des vitrines du magasin LANCEL  par des autonomes et des provocateurs sous la présidence Giscard…Je me souviens aussi de la souricière gare de l’Est et de l’intervention violente des policiers dans le hall avec gazage aux lacrymos de tous les voyageurs. Une autre image me revient : celle du service d’ordre de la CGT escortant au milieu de la manif un petit groupe de CRS acculés à un mur face à l’exaspération des sidérurgistes lorrains. Les cégétistes avaient aussi retenu un casseur qui était en fait un policier infiltré, Gérard L… Alors étudiants, nous exprimions notre solidarité active avec les mineurs désespérés de Lorraine…Le pouvoir socialiste actuel envisage sérieusement l’interdiction des manifestations organisées par la CGT sans faire mention des autres organisations impliquées, ce qui paraît très suspect. La violence de l’époque n’était pas moindre. Les conditions troubles autour de la gestion du maintien de l’ordre existaient déjà. Les peines pour les interpellés (qui tombaient sous la loi anticasseurs) pleuvaient sans distinction sur les violents et les autres. Pourtant jamais le pouvoir en place  n’a interdit les manifestations syndicales. La droite en rêvait, la gauche s’apprête à le faire. Toi qui est toujours à l’affiche, comme ce jour-là sur le boulevard*, Coluche, réveille-toi !

 

 

*(09 ’48  »dans le docu)

http://www.cinearchives.org/Catalogue-d-exploitation-494-348-0-0.html

23 mars 1979 .

« Peu après 17h00, les premiers arrivés place de l’Opéra commençant à se disperser, les autonomes s’affrontent aux CRS ainsi, encore une fois, qu’au service d’ordre de la manifestation. La police, débordée, s’en prend alors aussi aux ouvriers qui se défendent malgré les vaines tentatives du service d’ordre de les en empêcher. Les affrontements entre police et service d’ordre d’un côté, et autonomes et ouvriers de l’autre, ne se terminent qu’au moins vers 20h00, autour de la gare de l’Est assiégée par la police (les autonomes s’y étaient retranchés) et dans le quartier de la Goutte-d’Or. Selon la Préfecture de police de Paris, les incidents ont débouché sur 24 arrestations pour « pillage », « port d’arme », ou « coups et blessures ». En outre, 3 commissaires de police, 20 gendarmes, 25 CRS et 20 gardiens de la paix ont été blessés dans les affrontements avec les autonomes et les sidérurgistes. Ces chiffres sont cependant à relativiser, puisque le communiqué de la préfecture de police est tombé avant la fin des affrontements. Sur le nombre d’arrestations, Jean-Baptiste Casanova parle de 13115, chiffre nettement plus crédible que celui de la police puisque plus de 30 personnes seront condamnées en justice pour des faits de violence lors de la manifestation et des affrontements. En ce qui concerne les blessés du côté des forces de l’ordre, plusieurs sources16 avancent le nombre de 116. Trois photographes et caméramans de presse, ainsi que de nombreux manifestants et passants ont été blessés, dont 8 grièvement. Au niveau matériel, 121 vitrines ont été brisées, 54 magasins ont été pillés, des dizaines de voitures ont été incendiées et quelques barricades ont été montées en travers des rues. Enfin, selon l’AFP, des « Brigades autonomes » auraient revendiqué par téléphone l’attaque de 130 magasins sur le boulevard Haussmann. »

(https://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_autonome_en_France )

http://www.huffingtonpost.fr/2016/06/16/coluche-anniversaire-mort-19-juin-1986_n_10499236.html

 

 

 

 

 

Publicités
Cet article, publié dans C'est politique, Questions de société ?, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Interdiction manifeste.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s