Payet éclaire France – Roumanie.

images

Que ce soit en Coupe du Monde ou lors du Championnat d’Europe des Nations, les matchs d’ouverture ne sont jamais d’une qualité de jeu exceptionnelle.

 Le France-Roumanie d’hier soir n’a pas échappé à la règle.

Face à des roumains vaillants et très bien organisés, nous avons vu hier soir, à l’image de  ses deux joueurs les plus cotés, Griezmann et Pogba, des bleus empruntés et maladroits, ratant un nombre incalculable de gestes simples.

Ce que nous savions déjà, c’est à dire le faible niveau de la défense, a malheureusement été confirmé. Ce n’est pas le match catastrophique de Patrice Evra hier soir qui va nous rassurer sur ce sujet.

Dans ce match ou nous avons vu beaucoup trop d’approximations et de nervosité de la part des bleus, seul 2 joueurs ont réussi à maintenir le navire à flots, je veux parler de N’golo Kante et Dimitri Payet. On peut aussi citer Olivier Giroud pour son but et son engagement de tous les instants.

Mais aujourd’hui j’ai envie de m’attarder sur la match de Dimitri Payet pour plusieurs raisons.

En effet, c’est un joueur qui avant les 2 matchs de mars dernier, contre la Russie et les Pays-Bas, avait très peu de chance d’intégrer la liste des 23 .

Malgré une saison exceptionnelle avec son club de West-Ham, mais aussi un forcing des journalistes,Didier Deschamps semblait avoir fait une croix sur lui, déclarant même dans une émission, que jusqu’ici « il n’avait jamais été bon en sélection ».

Mais face à la continuité des performances exceptionnelles en première League de Payet, Deschamps l’a rappelé au printemps dernier, et comme le joeur a su se montrer « enfin » performant en bleu en cette occasion le sélectionneur a du revoir son jugement.

A ce titre, le parcours de Dimitri Payet me fait étrangement penser à celui d’Alain Giresse, qui lui aussi fut très longtemps un grand joueur de club qui ne réussissait pas à s’imposer en sélection.

Tout comme le réunionnais, c’est à 29 ans que l’ancien joueur des Girondins de Bordeaux, s’imposa enfin en bleu.

Lors du Mondial 82 en Espagne, il prit une part prépondérante dans le parcours exceptionnelle des bleus. Il fut même désigné meilleur joueur français.

Personne n’a oublié ce but et ce match.

Bien évidemment, il fit partie intégrante de la victoire des bleus lors du Championnat d’Europe des Nations en 1984.

On ne peut que souhaiter une fin de carrière aussi réussie à Dimitri Payet.

S’il est capable de réitérer les performances comme celle d’hier soir cela est dans le domaine du possible.

D’ailleurs, Didier Deschamps a magnifiquement su se servir de ses qualités et profiter de son excellente forme lors de ce match d’ouverture.

Car il faut également souligner le coaching du sélectionneur lors de ce premier match.

Il est évident que de nombreux entraîneurs n’auraient pas eu le courage de sortir en premier les deux jours les plus cotés de l’équipe, les deux « stars ».

En sortant Griezmann et Pogba, tous deux très peu inspirés hier soir, le sélectionneur a  envoyé un message fort à ces joueurs: « ici pas de privilégié, le boss c’est moi ».

Tout aussi important, c’est la remise en cause tactique de ce choix. Car en sortant Pogba pour faire rentrer Martial, il donnait les clefs de la maison bleu à Patet. Tout à coup le patron du jeu des bleus c’était lui, lui le banni, lui dont le sélectionneur ne voulait plus il y  a encore quelques mois.

C’est aussi cela Deschamps, un sélectionneur qui déjà dans le passé su revoir son jugement, avec un garçon comme Gignac par exemple .

Et son pari allait s’avérer payant, et de quelle manière. Une passe décisive, un but magnifique, une sortie sous les ovations du public…..et les larmes d’un homme qui a cet instant très précis nous offre un grand moment d’émotion pure.

Oui, le football ce n’est pas que le fric, il peut encore nous offrir ces instants inoubliables qui ne s’expliquent pas, qui font qu’à cet instant précis ou Payet sort du terrain, il n’est plus un joueur professionnel.

Il est juste redevenu cet enfant qui rêve de grands matchs et de buts magnifiques dans les grandes compétitions. Ce soir son rêve se réalise et comme l’enfant est passé par des moments difficiles, des moments ou il a pensé que ce rêve ne se réaliserait plus, il ne peut s’empêcher de verser quelques larmes.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s