Chullachaqui*

 

L etreinte du serpent

Au début du vingtième siècle, deux hommes, l’Indien Manduka «civilisé» (Yauneku Migué) et l’ethnologue Théo* (l’émouvant acteur belge Jan Bivloet) sont à la recherche de la Yakruna, une plante magique. Ils nous plongent dans l’épaisseur mystérieuse et grandiose de l’univers amazonien. Nous semblons nous endormir avec eux hors du temps … La malaria de Théo glisse lentement sur le fleuve à la rencontre du chaman Karamakate (Niblio Torres), unique guérisseur survivant de son peuple massacré par l’armée colombienne…En parallèle nous basculerons plus avant, comme perdus dans le canoé du temps, ballotés entre les pluies hallucinantes et le tumulte du fleuve en délire. Nous retrouverons Karamakaté plus âgé mais encore debout (Antonio Bolivar le bien nommé ) guidant dans les années quarante Evans le botaniste américain sur les traces de ses prédécesseurs, entre missions oubliées et tribus dégenérées…Cette oeuvre extraordinaire et poétique de Chico Guerra, filmée en noir et blanc et dotée d’une bande son incroyable (Marco Sallavaria), nous emporte entre souvenirs et réalité. Le scénario inspiré des journaux des explorateurs illustre la bataille entre la science moderne et le savoir dispersé des peuples effacés. L’enjeu de la persistance et la survie des dialectes indiens est crucial. La dualité suspecte des Blancs, à la fois chercheurs humanistes et cruels évangélisateurs, est très bien décrite, elle nous fait perdre la boussole et les cartes savantes prennent toujours l’eau. Le serpent de la connaissance aveugle étreint inexorablement. La ruée meurtrière vers l’hévéa (caoutchouc), matière précieuse durant la deuxième guerre mondiale, a fait de la forêt le tombeau des peuples… L’esprit double et la coquille vide de Karamakaté feront-ils de nous mêmes les derniers des Mohicans survolant la canopée ? La transmission et l’existence de l’espèce humaine en question, c’est bien de cela qu’il s’agit ici.

*Le chullachaqui (du quechua chulla ou ch’ulla, [impair, inégal, unique, asymétrique] et Chaki [pied]), aussi Shapishico est l’une des légendes des plus populaires de la jungle péruvienne qui se réfère à un personnage qui prend la forme ou la tête d’une personne connue de la population afin de tromper leurs victimes et les font se perdre dans la végétation dense.

Theodor Koch-Grünberg, étnhologue et explorateur Allemand (1872 1924 )l

Richard Evans Schultes* éthnobotaniste Américain (1915-2001)

L’Étreinte du serpent (El abrazo de la serpiente) film en coproduction colombienne argentine et vénézuelienne de Ciro Guerra (2015.)

 

Publicités
Cet article a été publié dans Faites votre cinema. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s