Renne des neiges.

larme (2)

Encore une lettre dans la boîte! Le père Noël serait-il devenu un accro de la plume? L’enveloppe à peine ouverte rend aussitôt son verdict: ce n’est pas lui l’auteur, c’est sûr. Je découvre la calligraphie imparfaite d’un sabot maladroit.

« Je profite de t’écrire pendant que le vieux dort. Tu ne me connais pas, mais je sais que tu t’intéresses à notre sort ( je lis son courrier en douce!) . Mes congénères les rennes et moi-même n’en pouvons plus de cette vie de dingue. De livraisons improbables en plateformes de distribution, nous ployons sous le joug d’un véritable despote. Ses airs bonhomiques ne trompent personne depuis qu’il a accepté d’instaurer un système de notation pour plaire à ses clients. N’importe quel gamin insatisfait de notre service (et ils sont souvent attentifs à la moindre erreur) peut nous punir d’un clic asssassin.»

Un cervidé qui se plaint! Complètement gelée la pauvre bête ! Je n’en crois pas mes yeux du vingt-et-unième siècle.

« Oui les gosses nous fliquent sur google maps et nous vivons dans la crainte de l’erreur fatale: la mauvaise adresse ! Dans ta lettre au vieux, tu parlais de nous libérer si nous changions la donne. As-tu bien conscience du danger? T’es bien gentil, toi ..Nous n’aurions plus de boulot et finirions tous en viande séchée, ou pire, congelée.»

Avec sa peur de finir dans l’assiette, ce bouffeur de lichen me fatigue déjà…je sens qu’il va bientôt me dire qu’il lui faudrait un nouvel attelage ou accrocher une banderole à ses bois. Pourquoi pas un mur à la lisière de sa forêt, et des drones pendant qu’on y est ?!. Je les trouvais pourtant sympa, les rennes des neiges, depuis que l’un d’entre eux m’avait raconté (au risque de se faire virer par le tôlier pour divulgation du secret professionnel!) la terrible déception d’un enfant. Enseveli sous la pile de cadeaux du gros, le petit pleurait à chaude larmes. Le renne avait d’abord pensé que c’était parce qu’il était en retard: deux maisons, deux distributions… Mais le gosse attendait autre chose que des emballages mutilcolores: aucune boîte ne serait jamais assez grande pour y réunir ses deux parents. Et la boule qu’il portait au cœur brille encore comme une larme dans la branche d’un sapin.

Publicités
Cet article a été publié dans L'écologie en râlant. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s