L’heure d’avant.

DSCN6656

Dans l’après-midi de ce vendredi 13 novembre, un vent presque froid balayait les boulevards parisiens. Il avait laissé place en soirée à une douceur suspecte, comme un automne qui ne voulait pas mourir, et tout le monde était sorti…En regardant tomber les feuilles des arbres sur l’avenue Daumesnil je ne m’imaginais pas que d’autres tomberaient à leur tour non loin de là.. Mon ami Fred et moi-même avons visité l’exposition « Frontières » qui venait juste d’ouvrir au Musée de l’histoire de l’immigration , Porte Dorée. Ce palais date de l’exposition coloniale de 1931 ; construit sous l’égide du Maréchal Liautey, il s’est successivement appelé « Musée des colonies », « France d’outre-mer », « Musée des Arts Africains et Océaniens »…En quittant les lieux je pris à la hâte quelques photos du mur témoin de l’histoire de France :la façade du Palais. Toute la puissance de l’empire colonial y est illustrée. Les pays du Maghreb, l’Afrique noire, les Antilles…J’aurais dû prêter une plus grande attention à l’ombre qui allait se coucher sur une des fresques. Elle évoquait le Maroc, pays resté longtemps sous proctectorat français. L’ombre recouvrait les trois mots inscrits: phosphates, céréales, laine. Comme dans un mirage. Je n’y ai vu que la silhouette du dromadaire…Nous connaissons* aujourd’hui l’origine marocaine et rifaine de certains Français et Belges de Molenbeek impliqués dans les massacres. Paris et Bruxelles (surtout pour le Congo) furent toutes deux de grandes capitales coloniales. Il est aussi à noter que les revendications verbales de ces actes émanent de deux frères d’origine réunionaise ayant grandi dans la quartier du Mirail à Toulouse. C’était donc vendredi l’heure d’avant – celle qui nous oblige à ne pas oublier le siècle d’hier et l’écrasement des rifains de l’éclairé Abdelkrim. Hier, le terrorisme a frappé au cœur de Bamako, capitale du Mali,l’ancien Soudan français. Une manière cruelle de nous dire que si le la terreur n’a pas de frontière, elle a de la mémoire.

*« Nous ne connaissons pas encore l’origine des assassins de vendredi; mais nous pourrions aussi parler de la guerre du Rif au Maroc dans les années 20 et de toutes les répressions subies par ces populations: bombardements, déportations, usage d’armes chimiques…On ne peut pas tout résumer à la question coloniale et à ses méfaits…. »

*https://autrementvu.wordpress.com/2015/11/15/charonne-acte-ii/

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2015/11/16/31001-20151116ARTFIG00292-comment-la-belgique-est-elle-devenue-le-sanctuaire-du-desastre.php

« La grande fresque de pierre qui recouvre la façade, exécutée magistralement par Alfred Auguste Janniot, délivre également un message à la fois pédagogique et propagandiste. A l’instar d’un grand livre imagé représentant les colonies, le décor illustre les apports de l’Empire à la métropole. Les ethnies colonisées y sont minutieusement détaillées, et des inscriptions permettent d’identifier plus clairement les produits et les régions représentées. – See more at: http://www.histoire-image.org/site/oeuvre/analyse.php?i=870#sthash.zdmMIwc9.dpuf

http://www.odilejacob.fr/catalogue/histoire-et-geopolitique/histoire-du-xxe-siecle/choc-des-decolonisations_9782738133441.php

http://www.histoire-immigration.fr/2015/6/exposition-frontieres

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’heure d’avant.

  1. « si la terreur n’a pas de frontière, elle a de la mémoire » : belle phrase et idée à laquelle je souscris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s