L ‘appel d ‘air.

hommage-aylan-kurdi-24ca-quarter

Il était un petit navire qui avait navigué de trop de fatigue sur les flots du désespoir…Il a coulé plus vite qu’une larme. Et le corps d’un enfant ne chante plus sur la plage, il reste là échoué comme un baleineau désorienté … Beaucoup ici ne veulent pas ramasser les coquillages venus d’ailleurs, d’autres préfèrent construire des murs plein de trous. Sont-ce les mêmes fantômes qui ne voulaient pas des Juifs ou des Espagnols entre les deux-guerres ? Pourtant les errants (qu’il faut cesser d’appeller des migrants!) n’aspirent pas à rejoindre notre république. Elle n’est pas leur terre promise. Des mots de Coluche sur les sans-domicile remontent à la surface :« La société ne veut pas de nous, qu’elle se rassure : on ne veut pas d’elle non plus ! ». Contrairement à l’idée reçue, nombre de ces réfugiés sont instruits et parlent une langue étrangère en plus de la leur. L’enfer brûle dans leur dos…et le vent de la terreur chasse ces infortunés. Qui ose encore parler à travers le soupirail de la bêtise, de la notion indécente d’appel d’air ? Si l’air avait existé, le petit respirerait encore comme son frère de cinq ans et tous les autres Aylan que la mer ne nous a pas rendus.

http://www.20minutes.fr/monde/diaporama-9353-photo-923789-hommage-aylan-kurdi-dessinateurs-monde-entier

Publicités
Cet article a été publié dans Plumes de vies.... Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s