L’autre jardin.

h

L’herbe jaunie par les brûlures du soleil crie parfois sa peine… Elle guette les ondées qui la rafraîchiraient au moins pour un jour. Elle observe les roses assoiffées de cet amour liquide et se voit offerte au vent. Un peu pliée de toute sa patience, elle attend … Pour le croyant Dieu met l’amour dans le cœur des enfants puis trace ensuite des lignes dans celui des adultes. Pour d’autres, la magie est un dessin cherchant sa comète dans l’ombre chaude des songes. Brouillard d’été qui rangerait la folie dans la boîte à bijoux des sentiments. Une aspiration à la ballade que des regards illuminés guideraient vers des ponts au-dessus des jardins. Pas ceux de Boboli* ni même ceux du Généralife* mais ceux de notre rêverie. Des merveilleux, des éblouissants, des inquiétants parfois effrayants …Fleurs éparses des beautés révélées ou cachées, adulées ou maudites…Il faudrait les chérir avec attention pour découvrir ce jardin d’esprit. Son périmètre décrit des courbes si hautes qu’elles sont inatteignables comme toutes ces histoires qu’on raconte. Les mains ouvertes et les baisers s’envolent déguisés en ballons d’enfants. Certains nagent avec délice dans la pluie du ciel…

*Boboli :Jardins à Florence
* Généralife:Jannat al-Arif ((jardin de l’architecte en arabe) palais dans l’Alhambra à Grenade

Publicités
Cet article, publié dans Un peu de rêverie..., est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour L’autre jardin.

  1. ancoliase dit :

    Ah , c’est lacau feu ! L ‘article est sorti , je me disais  » il mute nabum . il sort du conte  » .
    Oh, merci !

  2. ancoliase dit :

    Et les jardins de l ‘Alhambra tant chantés … , je ne les ai pas visités . Est ce comme les chutes du Niagara à rêver plutôt me dit un voyageur américain qui avait pris le train ?

  3. ancoliase dit :

    Chez Nabum , je suis ? Comme ce texte est beau ! Je me dis  » Tiens il y a quelqu’ un vais aller voir là , . C ‘est Nabum , Comme c’est beau et le dernier mot est Grenade .et ses jardins . J ‘avais un recueil de poèmes d’Aragon , qu ‘on m ‘avait offert . je l ‘ai perdu ; j ‘ai retrouvé le même l ‘ai perdu aussi . Aragon y chantait Grenade .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s