« Mustang » de Deniz Gamze Ergüven. Somptueux.

téléchargement

L’histoire

Nous sommes en Turquie , dans un petit village .

L’école est finie, ce sont les vacances,  Lale et ses quatre sœurs s’amusent  avec des garçons dans la mer. Vêtues de leurs uniformes de classes, elles sont grimpées sur les épaules des garçons. Mais une voisine les a aperçues, elles se « frottaient leur bas ventre  sur la nuque des garçons ».

Elles ont entre 12 et 16 ans.  Sonay, Selma, Ece, Nur et Lale sont orphelines. C’est  leur grand-mère qui les a élevées avec l’aide de leur oncle .

 Elles ont été prises à « se masturber sur la nuque des garçons », voici l’interprétation des esprits étriqués, des extrémistes de la morale qui voient le mal partout. On a le sentiment en les regardant agir qu’ils se vengent de leurs frustrations,  qu’ils tiennent absolument à ce que le monde reste figé, qu’ils ne supportent pas la beauté de ces jeunes filles libres qui ne demandent qu’à vivre.

Pour les punir on leur fait porter des robes longues et moches, à la couleur de merde comme elles disent, afin de remplacer leurs tenues légères .  On emmène les filles à la clinique pour un constat de virginité. On transforme peu à peu la maison familiale en prison. On met des grilles aux fenêtres,on  relève les murs, les cours de pratiques ménagères remplacent l’école, et enfin on arrange des mariages.

téléchargement (2)

Le titre « Mustang », correspond parfaitement à l’esprit de ces 5 jeunes filles, qui se révèlent être comme comme un cheval au galop, crinière au vent, comme leurs longs cheveux d’adolescentes espiègles et rebelles.

Et puis quelle présence, elles éblouissent ce film de leur naturel, de leur éclat.

Le film est vu au travers du regard de Lale, la plus jeune, la plus révoltée aussi, la plus intelligente, celle qui observe et qui comprend tout , celle qui n’acceptera jamais le destin que l’on veut leur infliger, qui  luttera jusqu’au bout dans un combat que l’on croit perdu d’avance.

images (1)

« Mustang » est une grande réussite à tous les niveaux. C’est tourné avec beaucoup de délicatesse, d’humour et sans caricature. Il n’est nullement question ici du manichéisme féministe que l’on l’habitude de retrouver dans le cinéma français . C’est avant tout l’esprit de résistance qui est mis en avant. Nos héroïnes réagissent plus en combattantes qu’en victimes.

Il y a également une dimension poétique très forte. Tous les ingrédients du conte sont présents. La citadelle imprenable, avec ses grilles et ses remparts. On a également droit à un renversement de situation très réussi (mais j’en dit déjà trop). De belle jeunes filles y sont enfermées, on y trouve même un chevalier blanc qui saura toujours répondre présent pour venir au secours de notre jeune héroïne qui a des problèmes de pantoufles.

images (2)

Merci à  Deniz Gamze Ergüven de nous avoir offert cette magnifique oeuvre.

Si vous voulez en savoir plus sur elle et son film, lire cet excellent entretien.

http://www.lebleudumiroir.fr/deniz-gamze-erguven-entretien/

Publicités
Cet article a été publié dans Faites votre cinema. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour « Mustang » de Deniz Gamze Ergüven. Somptueux.

  1. cestnabum dit :

    Fatizo

    Il faut achever les juments …
    C’est bien là la morale du mépris qui domine une grande partie du monde
    Des ânes se prennent pour des purs sangs qui entravent toutes les femelles !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s