B.B. King est parti. On a le Blues.

téléchargement (2)

L’un des plus grand bluesman de l’histoire, B.B. King, est mort jeudi soir à l’âge de 89 ans.

B.B. King, c’est tout d’abord un son de guitare reconnaissable entre tous.  Une guitare qu’il avait surnommée « Lucille » en mémoire d’une fille, à l’origine d’une bagarre dans un bar où la précieuse guitare avait failli disparaître. C’était également une voix puissante et  chaleureuse, à l’image de sa personnalité

B.B (Blues Boy) King, de son vrai nom Riley B. King,  est né le 16 septembre 1925 dans une plantation de coton dans le Mississipi. Il est tout d’abord élevé par sa grand-mère et par sa mère, mais cette dernière meurt alors qu’il n’a que 9 ans .

Il commence à chanter le gospel dans l’église de son village. C’est durant son service militaire qu’il découvre le jazz. De retour à la vie civile, et lors de ses moments de repos, il apprend la guitare et chante dans les rues.

En 1946, il part pour Memphis, bien décidé à réussir dans la musique. Face à l’échec , il est obligé de repartir à la plantation. Mais ce n’est que partie remise. A la fin de l’année 1948, il remet ça, et cette fois-ci il réussit à se faire un engager dans un club .

Son premier  succès arrive à la fin de l’année 1951, avec la parution d’une reprise de de Lowell Fulson, « 3 O’Clock Blues ».

L’année suivante il obtient le succès avec « You Know I Love You », une superbe ballade .

Dans la version originale le piano prend la place sur la guitare.

On ne peut passer sous silence le « Blind Love » en 1953, morceau fondateur du style de B.B King .

A partir de cette période, il devient le plus gros vendeur de blues et il enchaîne les concerts pratiquement tous les jours.

Après avoir signé chez ABC Records au début des années 60,  maison de disque qui a voulu adapter sa musique au public « blanc », B. B. King retrouve rapidement son style.

Avec l’arrivée du rock, ce sont de nombreux musiciens qui se disent influencés par sa musique. On citera les Eric Clapton, George Harrison, Jimi Hendrix,Jimmy Page, John Mayall ou encore Michael Bloomfield .

B.B King dira qu’il doit sa reconnaissance par le grand public blanc au fait qu’il était en première partie de la tournée des Rolling Stones aux USA en 1969

La même année sort l’un de ses plus grands succès,  « The Thrill Is Gone » , une composition de Rick Darnell et Roy Hawkins.

Le monde du rock  sera d’ailleurs à l’origine de son « retour » dans les années 80 . En 1988, c’est avec U2 qu’on le retrouve sur le morceau « When Love Comes to Town » . En 2000, B.B. King enregistre avec Eric Clapton l’album « Riding with the King ».

En 2006, B.B. King  entame une tournée d’adieux qui  ne s’arrêtera qu’en… 2012.

Auteur d’une soixantaine d’albums, 70 ans de carrière,  des disques avec des invités les plus prestigieux du monde de la musique, le King du blues vient de nous quitter.

Publicités
Cet article a été publié dans N'oubliez pas le son. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour B.B. King est parti. On a le Blues.

  1. cestnabum dit :

    Fatizo

    Paix à son âme

    Il lui suffit de suivre les notes de sa guitare, elles se sont toujours élevées vers les cieux
    Bon voyage à lui, homme au destin exceptionnel

    Le bleu du ciel sera désormais de son ressort.

    • fatizo dit :

      On a le sentiment que l’instrument fait parti intégrante de sa personne.
      On ne sait plus si ce sont ses mains qui permettent de sortir les notes ou la guitare qui les guide.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s