« Birdman ». Un Oscar pas volé.

téléchargement (1)

Riggan a connu son heure de gloire dans les  années 90 en interprétant le super-héros Birdman , mais depuis cette époque il est devenu un acteur has been. Afin de (se) prouver qu’il n’est pas fini, et surtout qu’il est un véritable artiste, il essaye de monter une pièce de théâtre intello à Broadway.

On découvre ici l’envers du décor. Riggan est confronté à toutes sortes de difficultés pour mener à bien son projet . Il doit gérer les conflits entre les acteurs, les relations avec la presse, avec son producteur et aussi ses problèmes personnels, notamment avec sa fille et sa maîtresse.

« Birdman » est une critique acerbe de la célébrité, de l’ambition démesuré, de l’ego surdimensionné des acteurs qui sont prêts à tout sacrifier pour leur carrière.

Les critiques, le public, mais aussi les réseaux sociaux, tous sont à un moment égratignés au passage.

La réalisation, à la fois originale et élégante d’Alejandro González Iñárritu, est l’une des grandes forces du film. C’est filmé de telle manière qu’on a le sentiment d’un plan-séquence de deux heures, ce qui donne un rythme extrêmement soutenu au film.

téléchargement

Keaton est époustouflant du début à la fin, il obtient ici le rôle de sa carrière.Il y a d’ailleurs beaucoup de similitudes entre son parcours d’acteur et celui de Riggan. Tous les deux ont incarné des héros de Blockbusters avant de disparaître plus ou moins des écrans. Quant à Edward Norton, il est lui aussi en tout point remarquable dans son rôle de grande vedette du théâtre insupportable.

Les autres acteurs, à l’image d’Emma Stone et Naomi Watts, sont tous au diapason.

Ajoutons à l’ensemble des dialogues savoureux , et vous avez la panoplie parfaite de l’excellent film.

Birdman a reçu 4 Oscars dont meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario original ainsi que la meilleure photographie.

images (1)

Il n’est pas simple de passionner le grand public avec les états d’âme du monde du théâtre ou du cinéma, et Birdman y réussit avec intelligence, humour et talent.

Mais d’autres films ont abordé le sujet bien avant……

« Sunset Boulevard » (1950) de  Billy Wilder .

Jeune scénariste sans travail et sans argent, Joe Gillis est poursuivi par deux redoutables créanciers. Il réussit à se cacher dans la villa de Norma Desmond, grande star du cinéma muet, à présent âgée, mais qui rêve toujours des feux de la rampe…

« Les feux de la rampe » (1952) de Charles Chaplin .

Dans ce film, le clown Calvero est désormais un homme vieillissant qui noie sa déprime dans l’alcool. Mais un jour, en rentrant chez lui, il sauve de la mort sa jeune voisine  qui tentait de se suicider…..

« Les Ensorcelés » (1952) de Vincente Minnelli.

Jonathan Shields, autrefois l’un des plus brillants producteurs d’Hollywood, est au bord de la ruine. Harry Pebbel, son ancien collaborateur, réunit le réalisateur Fred Amiel, l’actrice Georgia Lorrison et le scénariste James Lee Bartlow, aujourd’hui célèbres, et qui doivent tous leur gloire à Shields.

« Eve »( 1950) de Joseph L Mankiewicz .

Eve Harrington s’apprête à recevoir la plus haute distinction pour une interprétation théâtrale. Sur cette première image de réussite éclatante, Mankiewicz greffe une question : comment cette débutante en est-elle arrivée là, quelques mois seulement après avoir été engagée comme secrétaire par la grande comédienne Margo Channing ?

« Le dernier métro » (1980) de François Truffaut

A Paris, en 1942, Lucas Steiner, un metteur en scène juif, s’est officiellement réfugié en Amérique, laissant la direction du Théâtre Montmartre à son épouse, Marion, une comédienne. En réalité, il vit dans les caves de l’établissement, qu’il n’a pas pu se résoudre à abandonner. Marion lui rend visite tous les soirs et recueille ses directives.

Publicités
Cet article a été publié dans Traques d'arts. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour « Birdman ». Un Oscar pas volé.

  1. cestnabum dit :

    Fatizo

    Cesera sans moi
    Les zuniens n’ont d’ailleurs pas besoin de me compter dans leurs rangs

    • fatizo dit :

      Le cinéma américain a tout de même su aborder tous les sujets, ne pas hésiter à s’attaquer à des sujets politiques sensibles, et pas 20 ans après les affaires en question.
      Bonne semaine CNabum

      • cestnabum dit :

        Je sais et je reconnais du talent à leur cinéma indépendant Mais je n’en peux plus de cette hégémonie Pardonnez-moi

        • fatizo dit :

          Le cinéma italien, après avoir été l’un des meilleurs du monde, a totalement disparu.
          En ce qui concerne le cinéma français, je suis souvent déçu par la réalisation (on a souvent le sentiment de regarder un téléfilm), ou bien, même si le sujet est intéressant, le scénario semble bâclé ;

          • cestnabum dit :

            Fatizo

            Le cinéma américain fait parti du plan de domination du monde.
            Je préfère m’en passer plutôt que de participer à cette saloperie parfaitement programmée.

            Je reconnais que c’est un geste sans effet !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s