La fuite.

Les mots dans les étoiles ont perdu la raison… Un jour viendra, demain, où on demandera de choisir entre devenir maboul* et perdre la boule dans le caniveau. La peur fait son chemin dans les têtes et l’idée du rangement, du classement, du nettoyage prend de l’ampleur. Mettre dehors ceux qui sont déjà dehors. Les frontières existent pourtant, dans un pays qui n’a plus de frontières… Beaucoup tentent de fuir leur quartier avec ou sans boulot, d’autres résistent encore. Terre promise et lueur morbide dans le brouillard du chaos. Terrain miné de l’enfermement dans la cité, dans la prison, dans les transports, dans les familles. Champs de ruines d’une république qui balade son délire médiatique dans des parcs d’acclimatations…Cette même peur de l’exclusion règne dans le monde du travail, de l’école.. L’épuisement dans la souffrance fait loi et les maux sont légions. C’est l’heure de l’agacement et des bobos la tête…tout devient problème. Recherche de solutions, d’expédients…Temps du décrochage de la dinguerie par la pilule pour tous. Après la poudre prohibée sur les bancs du marché, la chimie religieuse dévoyée comme bon de sortie. Passeport pourri vers la mort en plein désert … Par ici la sortie… La lime de l’évasion pour en sortir, pour en finir… L’aberration prend corps dans des textes numérisés, supportés et véhiculés par tous. La soupe des mots épaisse jusqu’à brûler la langue …La foire aux images  et l’impossible compréhension des termes. Perte du sens du qui parle à qui et de quoi ! Une obscure cécité règne désormais partout, en dehors des ghettos la lumière faiblit tout autant. Les voyants ne sont pas sourds  – plus simples seront les discours, plus ils auront d’écoute… La schlag* monte en puissance et avance à grands pas. Faits comme des rats pris dans la société de l’enclavement.  Après le brouillard vient souvent  la nuit, mais pas toujours.

 

*maboul : de l’arabe « fou, stupide ».

*schlag : de l’allemand schlagen « frapper »

Publicités
Cet article, publié dans C'est politique, L'histoire en questions, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour La fuite.

  1. cestnabum dit :

    Lacafeu

    Un frisson dans le dos qu’il convient de partager

    Merci

  2. Il fait peur ce texte, on y voit la progression inexorable du chacun pour soi et des interdits à tout va.
    Mettre la tête dans le sable n’évite pas les ennuis mais ça semble être d’actualité.
    Coluche disait « je vais bien, les autres je m’en fou » il était visionnaire.
    Bon week end.

    • lacaufeu dit :

      Claudie,

      C’est vrai la peur est sans visage, la peur de l’autre celle de celui qu’on ne connaît pas, qu’on ne croise plus ou si peu…..

      Bonne soirée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s