Face à la terreur, ne nous défilons pas.

images

Après avoir vécu un double attentat qui restera à jamais gravé dans l’histoire de notre pays, des millions de français se sont rassemblés dans de nombreuses villes de France pour montrer que face au fanatisme religieux on ne peut rester les bras ballants, qu’il est hors de question de céder sur  la liberté d’expression,  le droit de rire, le vivre ensemble, la démocratie .

Que l’on soit un inconditionnel de la première heure du journal, ou que l’on ne soit pas toujours d’accord avec son impertinence ou son ton irrévérencieux,  nous nous sommes  retrouvés avec la volonté de défendre nos valeurs commune faites de liberté, de fraternité et de laïcité.Tout cela a été plus fort que ce qui nous divise à savoir les différences de consciences, de philosophies ou de religions. Nous étions là pour faire bloc face à la terreur, le fanatisme et la montée de l’obscurantisme de tous bord.

On trouvera toujours les éternels empêcheurs de tourner en rond pour venir critiquer ce rassemblement qui était avant tout la preuve que nous restons debout face à la barbarie.

Bien sur que les politiques étaient là, bien sur qu’il y avait parmi les nombreux chefs d’états présents des dirigeants qui ne sont pas de grands démocrates, mais fallait-il pour autant rester chez soi et montrer aux terroristes que nous avions peur de sortir dans la rue.

70 après la fin de la seconde guerre mondiale nous continuons d’honorer nos Résistants. Heureusement que ces hommes et ces femmes, qui venaient d’horizons politiques divers, n’ont pas perdu leur temps à regarder qui était démocrate ou pas parmi ceux qui combattaient  à leurs cotés, sinon ils auraient pu rester chez eux pendant que le nazisme faisait rage.

Alors oui nous étions dans un rassemblement ou il n’y avait pas que des gens qui respectent les droits de l’homme, mais nous étions avant tout présents pour combattre la priorité des priorités du moment, l’ennemi qui tue sur le sol français.

Ce massacre a également été l’occasion de voir quelques tartufes à l’oeuvre , commençons par le triste personnage qu’est Dieudonné, celui qui ose faire l’apologie du crime antisémite de Coulibaly avant de s’excuser platement dans une lettre au Ministre de l’intérieur. Je suis du coté des criminels mais pas trop, j’assure mes arrières en lâche que je suis.

Et dire qu’il est un héros pour certains.

A l’autre extrémité on trouve les récupérateurs de manifs, ceux qui viennent nous dire que les 4 millions de personnes qui ont défilé dans la rue pensait la même chose. A ce titre Dominique Sopo, le leader d’S.O.S Racisme est un beau spécimen.

« Ici il n’y a pas de plaies » nous dit Sopo. Mais quel affreux mensonge, quelle stupidité. S’il n’y avait pas de plaies il n’y aurait jamais eu cet affreux massacre qui n’est que le résultat de 40 ans d’incompétence politique à tous les étages. Les plaies sont dans nos banlieues, nos villes, et des irresponsables comme Sopo ont leur part de responsabilité.

Mr Sopo ferait mieux d’écouter un ancien Président d’S.O.S Racisme, Malek Boutih .

Oui, nous étions à ce rassemblement, mais tout le monde ne pensait pas la même chose. Nous ne cherchions pas à être à tout prix sur la photo comme un ancien Président de la République, nous n’avions pas besoin de carton d’invitation comme l’exigeait Marine Le Pen, qui aurait pu venir défiler avec le peuple, elle qui parle si souvent en son nom.

On doit aussi signaler qu’il y avait des musulmans, mais pas ceux des banlieues, qui étaient les grands absents de ce mouvement populaire . Mais on sait très bien qu’il y en a parmi eux qui ont un problème avec la laïcité.

Voici par exemple ce qu’on a pu voir cette semaine dans le Journal de France 2, des jeunes musulmans qui affirment haut et fort qu’il est normal de se faire tuer lorsqu’on caricature le prophète (à partir de 30 secondes) .

Alors même si Philippe Tesson a été excessif dans la forme, il ne faut pas se voiler la face si j’ose dire, et admettre qu’il y a bien un problème grandissant avec l’islam dans notre pays.

Car si nous ne montrons pas plus intransigeants, demain ce n’est pas la fin des caricatures qu’ils exigeront, mais notre mode de vie dans son ensemble.

Ils viendront tuer nos femmes parce qu’elles portent une jupe trop courte ou tout simplement parce qu’elles montrent leurs cheveux, ils viendront aussi nous massacrer parce qu’on mange du porc, etc…

Voilà ce qui nous attend si nous cédons un seul pouce d’espace de laïcité face à ces barbares et  ceux qui les soutiennent. Ce massacre de la semaine dernière doit nous avoir fait comprendre que nous devons être plus exigeants que jamais, que face à ceux qui refusent les règles de notre vivre ensemble nous seront impitoyables.

C’est pourquoi face aux islamistes, face à la barbarie, il y a un moment ou l’on doit s’engager, prendre son courage à deux mains, et arrêter de se chercher des bonnes excuses pour fuir ses responsabilités, mais il faut également arrêter de dire qu’il n’y a aucun problème avec les musulmans de France, alors que nous savons très bien qu’une partie d’entre eux n’apprécient guère nos valeurs.

La France possède cet idéal qui s’est construit à travers les siècles, celui des philosophes des lumières, en passant par les révolutionnaires de 1789, jusqu’aux résistants de la seconde guerre mondiale. C’est tout cela que ces terroristes ont cherché à tuer, en éliminant froidement et sauvagement nos compatriotes. Ils n’auront pour le moment réussi qu’à nous réunir autour de ces nobles causes, à nous faire lever comme un seul homme . Cet esprit doit se poursuivre, c’est une évidence.

Je vais conclure avec ce poème du Pasteur Martin Niemoller (1892-1984).

Quand ils sont venus chercher les communistes,

je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste.

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,

je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste.

Quand ils sont venus chercher les juifs,

je n’ai rien dit, je n’étais pas juif.

Quand ils sont venus chercher les catholiques,

je n’ai rien dit, je n’étais pas catholique.

Puis ils sont venus me chercher.

Et il ne restait personne pour protester…

Publicités
Cet article a été publié dans C'est politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Face à la terreur, ne nous défilons pas.

  1. cestnabum dit :

    Fatizo

    La grandeur de ces instants réside aussi dans certains textes qui en ont été inspirés. Le vôtre appartient à ceux-là. Merci !

  2. J’aime beaucoup le dernier texte, qui restera pour nous.
    Bon week end

    • fatizo dit :

      Un texte qui oblige chacun d’entre nous à s sentir concerner face à l’injustice.
      Bonne soirée Claudielapicarde.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s