Une photographie de Jean Louis

Invitation aux songes.

10660361_10204957408678173_7348123323493719216_n

Il nous arrive parfois de recevoir de la toile des cadeaux précieux, de simples mots d’affection, des pensées secrètes, des émotions qu’on donne en partage. Jean-Louis nous accorde quelques clichés de sa composition. Geste quotidien qu’il offre ainsi pour pour notre plus grand plaisir.

Je ne sais rien de lui hormis les quelques échanges d’amabilité qui suivent l’étrange rituel que nous avons adopté. Quand une photographie m’inspire, je lui attribue un titre. De ce baptême décalé, naissent quelques mots de salutation puis le lien s’interrompt jusqu’au lendemain matin. C’est pourtant ainsi que Jean-Louis fait partie de ma famille virtuelle et que j’espère, chaque matin, son offrande qui nous arrive des Landes.

Deux barques se sont égarées dans la brume. Que sont devenus ceux qui les avaient menées jusqu’ici ? Je devine quelques mirages dans cette évaporation mystérieuse. Deux amants à la recherche d’un coin de paradis, deux cœurs enfuis dans les profondeurs de la terre.

Nous ne saurons jamais rien d’eux. Seules leurs embarcations nous disent leur amour. Ce baiser tendre des proues, cet arrêt sans qu’il n’y eût besoin de chaînes. Nulle entrave dans leur abandon. Les deux amants savaient ne jamais revenir.

La brume a couvert leur fuite. Elle s’est faite manteau délicieux et protecteur pour dissimuler leur nudité au moment de s’unir et de disparaître à jamais dans les frissons de leur union. Quelques pieux dressés témoignent de la force tellurique qui précéda leurs derniers plaisirs. Nous ne sommes que des témoins posthumes.

Nous devinons leurs émois. Les herbes folles, ces touffes offertes et foisonnantes nous révèlent une part de l’intimité de la belle. Elle a trouvé la porte des soupirs. Main dans la main, elle et son compagnon ont emprunté la petite rigole qui les a conduits dans l’onde primale. Ils ne nous ont laissé aucune trace : leurs pas étaient si légers ; ils se sont dissous l’un en l’autre et tous deux dans le lac.

Sur le côté se dresse un observatoire. C’est devant des guetteurs belliqueux qu’ils ont voulu ainsi exprimer leur ultime union. Les autres n’en virent rien ; c’était là leur dernier défi : narguer ceux qui n’avaient rien compris à leur amour, qui les avaient contraints à la clandestinité et au secret. Ils se vengeaient d’eux : pied de nez à la morale des apparences.

Les barques attendent. Plus rien n’a d’importance. Jamais la belle et son soupirant ne reviendront des limbes. Pourtant, j’en suis sûr : certaines nuits étoilées, deux esprits sortiront de l’eau pour voguer à nouveau vers la voûte céleste.

En ces nuits magiques du mois d’août, entre le lac et l’océan tout proche, des pluies d’étoiles filantes signalent leur passage. Ce sont leurs amours renouvelées, des spasmes célestes, des fulgurances lumineuses. Nous admirons ce spectacle sans oublier, comme la sagesse populaire nous l’a toujours commandé, de faire un joli vœu.

Inutile de vous conseiller d’émettre des désirs intimes, de souhaiter l’amour qui se dérobe à vous, le signe qui ne vient pas. Sous ce patronage merveilleux, seuls les vœux de félicité seront exaucés. Les deux amants du lac ne comprennent que la langue des émotions ; peut-être vous accorderont-ils la grâce de vous prendre à leur bord.

Vous chavirerez de bonheur et d’extase. N’ayez crainte : personne n’en saura jamais rien ! Tout cela se passe au plus secret de la nuit, entre brume et magie, sous le seul regard des fées et des mages, des elfes et des lutins.

Photographiquement sien.

Publicités

A propos cestnabum

Bonimenteur de Loire
Cet article a été publié dans Galerie d'images. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s