De la futilité en général

L’esprit du temps.

3161271244_1_2_gAy7vUsl

Dieu que j’envie ces gens qui avancent dans la vie en voguant joyeusement à la surface des choses ! Tout pour eux est plaisir et légèreté, bonheur sur commande et joies à dates fixes. Ils vont, libérés du fardeau de la conscience, débarrassés des états d’âme, soulagés de la misère des autres. Ils se laissent porter par toutes les injonctions de ce temps, toutes les prescriptions qu’on leur suggère, pour vivre pleinement cette merveilleuse société des loisirs.

Ils sont futiles et si heureux de l’être. Petites girouettes de la tendance, ils frémissent au moindre signe des médias ou des publicitaires. Se précipitent pour voir le film en vogue: la grande production à gros spectacle qui distrait et ne fait pas réfléchir. Se pressent dans tous les lieux où il faut se montrer. Courent pour entendre la vedette du moment : celle qui n’a rien à dire et tant à exposer.

Ils sont émerveillés devant le spectacle de leurs semblables, ces célébrités de la vacuité qui rient de tout et s’esclaffent à la plus insignifiante pitrerie sur des plateaux télé qui deviennent le fond de l’abîme. Ils passent leurs soirées devant des séries insipides, des héros si éloignés de nos vies quotidiennes, que le risque est nul de se reconnaître. Ils passent ainsi leur existence à ne plus ouvrir les yeux sur ceux qui les environnent, dans la rue, dans leur entourage, dans leur ville ….

Ce sont les rois de la technologie galopante. Ils ont le dernier téléphone : l’ultime version avec la meilleure liaison internet. Ils recherchent le beau, le cher, le clinquant, l’indispensable inutile, l’incontournable gadget. Ils n’existent que par ce qu’ils possèdent ; ils ne sont que ce qu’ils achètent et qu’un matraquage éhonté leur a glissé dans les yeux.

Ils sont heureux et c’est bien là l’essentiel. Ils traversent les crises, les soubresauts de la planète, les guerres et les drames sans un regard, sans une pensée. La légèreté est leur credo, leur ligne de vie, leur seule idéologie. Ils ne votent plus, ils ne lisent pas, ils ne pensent pas, ils s’agitent, consommateurs zélés, moteurs obéissants d’un système qui aliène l’individu.

Ils repoussent d’un revers de la main de telles remarques. Ce sont eux qui sont dans le vrai. Épanouis , sans soucis ni états d’âme, sans préoccupations pour le lendemain ou pour une humanité dont ils ignorent tout. Quand ils voyagent, ils se retrouvent dans des îlots artificiels de luxe et de douceur, restent dans leur hôtel tout confort pour profiter du soleil et vivre ce qu’ils imaginent être le paradis : alcool à volonté, musique à gogo, piscine et autres délices pour le corps, serviteurs zélés et silencieux …

Ils se retrouvent en joyeuses bandes bruyantes, font du tapage, ne respectent pas la nature qu’ils jonchent de canettes de bulles raides et autres cartons d’emballage alimentaire. Ils aiment la nuit, la peuplent de musique tonitruante pour importuner les imbéciles qui veulent dormir. Ils se lèveront bien au-delà de midi : dans leur vie si heureuse, les matins ont été abolis .

Ils sont l’avant-garde des robots lobotomisés que souhaite ce magnifique système économique. Ils ont tout oublié de la culture humaniste que des professeurs incompétents et saoulants ont voulu leur imposer. Ils sont, par contre, incollables sur le monde des paillettes, les étoiles filantes de la scène et de l’écran.

Ils parsèment leurs conversations d’anglicismes à tous propos, en toutes occasions. C’est la marque de leur appartenance au monde qui va à sa perte. Leurs phrases sont brèves, leur lexique francophone de plus en plus restreint. Ils ont renoncé à la syntaxe, à l’emploi des conjonctions de subordination, du subjonctif et des temps du passé. Ils sont ancrés dans l’immédiateté.

S’ils écrivent, ce ne sont que de pauvres messages courts, creux, vides d’information. Leur communication est limitée à si peu d’éléments, que c’est tout un art de la répéter ainsi, à longueur de journées, dans des milliers de messages, copies les uns des autres. Sous les yeux émerveillés des chantres de la vacuité, ils inventent un nouveau langage . C’est du morse sans grammaire, des sémaphores sans lumière, de la cacophonie sans bruit.

Mais ils sont le monde de demain. C’est une telle évidence, que bien des adultes les singent en tous points, ont adopté tous leurs codes, tous leurs comportements. Le tatouage et le piercing, la tenue et l’allure, la démarche et le langage, les goûts et les pratiques. Cela doit d’ailleurs être exaspérant pour ces jeunes branchés de se voir ainsi imités par les vieux et, qui sait, un jour, ils retourneront leur veste pour ne plus faire comme ces pauvres perroquets.

La futilité est une épreuve ; elle ne laisse pas indemne. Elle vous ruine et vous épuise, vous vide l’esprit et le porte-monnaie, vous entraîne dans une ronde effrénée sans contenu ni valeur. La futilité n’est que la surface des choses : l’écran d’une existence sans relief, sans profondeur, sans mémoire. Cela ne peut être un état permanent: le risque est trop grand de devenir un androïde virtuel.

Futilement leur.

 

Publicités

A propos cestnabum

Bonimenteur de Loire
Cet article a été publié dans Et si la vie.... Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour De la futilité en général

  1. fatizo dit :

    J’ai cru reconnaître quelques personnes que je suis obligé de côtoyer au quotidien .
    Aurions-nous à subir le mêmes personnes ou seraient-ils si nombreux?
    J’ai peur d’avoir la réponse.
    Bon WE Cnabum

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s