L’heureux tour !

La piste aux étoiles …

Clown-auguste-276x300

Nous sommes au temps des magiciens, des bateleurs de foire, des vendeurs d’illusions. À ce jeu des faux-semblants, c’est le plus filou, le moins sincère qui sortira du chapeau, certainement pas sous la forme d’une blanche colombe : il traîne derrière lui bien trop de boulets et de casseroles, mais sous le blason du sauveur et du guerrier sans morale ni scrupules.

Qu’importe le discours, il n’est ici que décor accessoire, emballage superfétatoire. Ce sont les seules grimaces de l’artiste qui attirent les projecteurs et les foules sous le charme. D’un coup de baguette maléfique, il a changé sa ligne directrice, son bréviaire idéologique. Nous devons le croire sur parole, tout en sachant qu’il n’en a jamais eu aucune.

Les naïfs applaudissent, les requins se pressent derrière celui à qui ils avaient tourné le dos, après une dernière tournée calamiteuse. Mais, dans le monde du cirque, seule la tête d’affiche fait recette. Alors, comme il n’y a pas mieux que ce petit clown grimacier, au gros nez rouge qui ne cesse de s’allonger, ils se pressent derrière lui pour être du prochain numéro.

Il faut reconnaître que le pauvre Auguste qui a pris sa place ne fait plus rire personne. Il accumule les catastrophes, les erreurs et les maladresses. Il reçoit des seaux d’eau sur la piste et plus personne ne rit. Il se prend les pattes dans le tapis et c’est le chapiteau tout entier qui vacille. Il va bientôt avaler la sciure, mordre la poussière et déjà il est acquis qu’il faudra changer de monsieur loyal.

Curieusement, c’est le moins loyal de tous- et cette caractéristique relève du prodige, tant il y a concurrence en ce domaine- qui est présenté comme le prochain meneur de bal. Il revient à ses premières amours après avoir annoncé son désir d’abandonner le métier. La piste aux étoiles lui manquait tellement, qu’il n’a pu se supporter dans sa retraite dorée.

Sa charmante épouse, hélas sans voix, belle étoile filante de la scène, n’a pu lui faire entendre raison. Elle qui voulait s’approprier le premier rôle dans ce couple improbable, créé de toute pièce pour les besoin de l’affiche, devra se résoudre à le laisser filer sous les crépitements des flashes. Car, c’est à n’y rien comprendre, c’est ce gnome outrancier qui électrise le peuple …

La belle s’enfermera à nouveau dans son palais, méprisante et lointaine tandis que le clown monstrueux retrouvera la gloire et les chapiteaux du monde entier. L’histoire est écrite, le programme déjà bouclé. La prochaine tournée se fera avec notre prince des illusions aux commandes.

Le bon peuple a la mémoire courte. Oubliés les insultes et les cabrioles, les zones d’ombre et les soupçons ; il est si drôle quand il entre en scène, si certain de sa force et de ses saillies, qu’une fois encore, la majorité ébahie, va lui réserver un triomphe. La fanfare aura bien du mal à suivre le rythme effréné de la bête de concours ; il va tout atomiser pour balayer, en un tour de main, le passé.

Déjà les gradins bruissent des frémissements du prochain spectacle. Le nouveau clown blanc et rose n’en a pas encore fini de sa parenthèse désenchantée, que déjà chacun a, dans les yeux, les paillettes du prochain numéro, celui du retour de l’Auguste déjanté. Il faudra bien attendre quelques années avant que ne se fasse le changement espéré. Ce n’est pas grave ; chacun a tourné le dos à la piste et regarde maintenant ce qui va se tramer en coulisses.

C’est désormais là que se tiendra le spectacle. La longue et irrésistible ascension du prince des prestidigitateurs, du roi des acrobates et des contorsionnistes, du maître du mystère, du seigneur des fariboles, du dompteur des méchants, du redresseur des torts, du chef d’orchestre de la cacophonie, de l’ami des puissants.

Ne demandez pas le programme ; il n’est là que pour servir de prétexte, d’attrape-nigauds et de piège à crédules. Rien n’a changé, rien ne changera chez ce clown hideux et vaniteux. Derrière la façade, la même haine des pauvres, des humbles, des gens ordinaires. La scène de ses exploits n’est pas circonscrite à notre pauvre petit cirque national. C’est pour côtoyer les anges que ce mauvais diable enfonce la porte. Une fois en scène, il fera place nette. Il ne sera plus temps alors de vous plaindre, vous aurez été prévenus !

Circassiennement sien.

téléchargement (3)

Publicités

A propos cestnabum

Bonimenteur de Loire
Cet article a été publié dans Politique fiction ?. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour L’heureux tour !

  1. fatizo dit :

    Les français qui vont revoter pour ce type s’il;réussit dans son entreprise ne sont en rien mes compatriotes.Ils sont dignes de ceux qui ont collaborés .
    Bonne semaine CNabum

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s