Le Bonimenteur du Girouet

Tous contes faits :

La fable de toutes les fables.

10548062_832286336804542_6174673855991454483_o

Il était une fois un Ligérien qui, de par la rivière, allait son chemin en quémandant histoires et récits, témoignages et anecdotes. Il faisait son miel des aventures marinières, de l’histoire et des légendes qui parsèment notre Loire. Ne reculant devant aucune menterie, il brodait autour de quelques vérités qui finissaient immanquablement par devenir des mensonges à sa façon.

Il se fit, tour à tour, compagnon de Merlin, barde gaulois, ermite de la grotte Béraire, jeune mousse partant à l’aventure, marin revenant de l’enfer, historien approximatif ou tourneur de phrases alambiquées. Il cheminait d’un pas tranquille en suivant les rives, passant de l’une à l’autre pour humer l’air du temps et l’esprit de l’eau.

Le Girouet fut son blason, non pas qu’il en eût à ses armes ; il était bien trop maladroit pour disposer d’un bateau : l’expérience avait tourné au fiasco et failli virer au drame ! Non, tous les bateaux seraient les siens pourvu qu’il n’y fût que passager bavard et équipier qui ne fît aucun nœud. Le girouet allait au vent, tournait comme girouette et claquait quand soufflait la tempête. Toutes choses qui lui convenaient parfaitement.

Il se contenta d’un bateau de mots transportant quelques barriques de musique. Là encore, il ne connaissait guère la chanson, se contentant d’en écrire quelques paroles en suivant l’aiguille d’une boussole qui avait perdu le nord.Les vers de ce manant aux pieds nus ne pouvaient qu’être bancals. Qu’importe, puisqu’il fit de son double : un certain Nabum, un personnage de foire, le bouffon des cales, des tavernes et du pierré.

Ses écrits allaient au vent ou bien se laissaient glisser sur la rivière. Allant vers l’amont ou descendant vers l’aval, ils touchaient quelques oreilles. La vague lui fit bon accueil et d’autres surfeurs, ailleurs de par le monde, aimèrent à leur tour, la Loire et ses Ligériens. Vaste ambition qui n’était pas que la sienne, mais celle, partagée, d’une joyeuse bande de farfadets et de coquins, amateurs, avant tout, de vins de Loire et de bonne ripaille.

Arrière-petit-neveu de Rabelais, il descendait de la cuisse gauche de Galifon, le cousin germain de Gargantua. La farce était son domaine, le rêve son pays. Il fit tant et si bien qu’une oie vint voleter autour de lui et le pria de lui prendre quelques plumes afin de coucher ses délires sur un parchemin relié. Les Bonimenteries du Girouet allaient naître de l’union improbable de la déraison et d’une maison d’édition.

Il allait avoir son double gravé sur le marbre. Une manière un peu prématurée, sans doute, d’entrer dans l’autre monde par une petite porte dérobée. Il y alla à reculons, doutant qu’on puisse perdre son temps à lire ses sornettes. C’est Méphistophélès en personne qui le reçut de l’autre côté du Styx. Il y avait belle lurette que Saint Nicolas, Saint Clément et Sainte Catherine ne voulaient plus entendre parler de ce diable de mécréant !

Un capitaine l’avait poussé à raconter ses histoires; il lui devait bien de l’associer à l’aventure. Certes, le risque est grand d’un nouveau naufrage et nous pouvons douter que nos deux lurons soient couverts par la moindre assurance. Je sais le cliché éculé ; il faut bien savoir se jeter à l’eau quand on est Ligérien de naissance …

Les Bonimenteries du Girouet sont donc nées des mariages improbables de la carpe et du garenne, de la Loire et de l’Histoire, du récit et du mensonge. Si vous souhaitez participer à cette aventure, sachez que le risque est grand de n’y rien comprendre, de vous noyer sous le flot de mots tordus et abscons, tout droits sortis d’un muid ou plus sûrement d’un foudre mis en perce par temps d’orage. Vous aurez été prévenus ; faites ce que bon vous semble mais, si d’aventure vous tentez, à vos risques et périls, la lecture de ce recueil, n’oubliez pas-précaution indispensable : votre survie est à ce prix – de vous munir, de deux ou trois pichets d’un bon petit vin de chez nous ! C’est la plus sûre manière de supporter la redoutable épreuve.

Avertissement vôtre.

10531249_356699351148796_5034639216314680927_o

Où se procurer le livre si cette idée fort saugrenue vous passait par la tête ?

Icihttp://www.votreinfolocale.fr/editions-jeu-oie/index.html

Publicités

A propos cestnabum

Bonimenteur de Loire
Cet article a été publié dans Et si la vie.... Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s