Odyssée de l‘info.

Les colonnes d’images se dépêchent comme des chars ahuris….le comptage assassin des bouliers morbides n’en finit plus et il te faut dire, redire ce que tous savent désormais.  Les lacs ne sont plus bleus comme sur les tablettes mais noir pétrole ou rouge sang….Tu n’es qu’un « manieur de mots*» tout à fait remplaçable, un « plume* » endormie sur un trottoir éventré. Le bégaiement suspect du phrasé électrique ne surprend même plus. Berlingot d’infos qui fuis,  prends garde …Un robot guidera tes pas vers le néant avec une petite musique qui nuit, celle des centres commerciaux.  Aspiration de l’algorithme. La science narrative te sucera lentement la moelle dans l’indifférence générale. Des logiciels déguisés en poupées  embrasseront les lignes… Le monde éditorial s’écroulera comme une pile de journaux tombée d’un camion avant qu’un gamin ne shoote dedans.  Réflexion d’une lumière qui tourne en boucle : voici venu le règne des journobots, ils converseront accessoirement avec les drones au sujet d’un opérateur humain qui visionne le dialogue entre Dave et Hal*. Un mauvais film, à les écouter…qui pose trop de questions. Certains envoyés courent encore sur le théâtre des opérations, mais pour combien de temps. Et ils y meurent parfois… Serait-ce l’alibi ? Ne sont-ils destinés qu’à arpenter les cercles de l’enfer pour nous rassurer ? La libre intention qu’ils paient de leur vie…Des chiffres morts chassent sur les voies de l’économie du malheur. Une synthèse vocale à l’accent presqu’asiatique répète sans cesse -n’oublie pas que tu vas bientôt partir !-  Figure animée d’un parc d’attraction visuel, voilà ton devenir. Certains de tes pairs non encore amnésiques se souviendront de toi avec cette moue en porte-clefs. Des selfies zinzins entre bécanes ultra performantes jouteront ensemble. Le masque des défunts commentera la scène pendant que les graphs dégringoleront.  Phonème de plateau qui reste dans les cordes. Le son et la lumière sont artificiels, il fait nuit depuis si longtemps.

 

 

* Projets en cours robot-journalistiques Quill « plume » et Word-Smith « manieur de mots »

*2001 l’odyssée de l’espace  film anglo-américain de Stanley Kubrick 1968

https://www.youtube.com/watch?v=HwBmPiOmEGQ

Publicités
Cet article, publié dans Et si la vie..., Politique fiction ?, Questions de société ?, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s