Mélenchon: « Du bruit et la fureur » au « besoin de dormir ».

téléchargement

«J’ai besoin de dormir, de ne rien faire, de bayer aux corneilles», a expliqué l’ancien candidat à la présidentielle le 22 juillet dernier.

Si le coup de blues du leader de la gauche de la gauche est surement lié au score des dernières élections européennes, où le Front de gauche n’a récolté que 6,33%, il serait bon de chercher à comprendre pourquoi cette mise en retrait fait tant de vagues .

Bien sur, une personnalité politique qui possède un tel tempérament ne peut laisser insensible. Ses partisans vont le comprendre ou le plaindre, ses adversaires s’en moquer ou crier à la manip politique. En ce qui me concerne ce petit jeu ne m’intéresse guère. Je préfère m’arrêter sur ce que dit aujourd’hui Jean-Luc Mélenchon, qu’il soit sincère ou pas .

«J’ai besoin de dormir, de ne rien faire, de bayer aux corneilles».

Est-ce le même homme qui déclarait en 2010 : «Je suis le bruit et la fureur, le tumulte et le fracas»?

Le bruit, c’est celui qui nous accompagne en permanence dans nos grandes villes. Ce bruit qui est là présent sur nos écrans de télévision pour donner de la consistance à des émissions sans le moindre intérêt. C’est encore lui qui accompagne les films à gros budgets pour nous faire oublier un scénario indigent. Il est toujours là, dans les meeting des politiques avec ces énormes sonos qui servent à amplifier des discours faits de mensonges plus énormes les uns que les autres….

Jean-Luc Mélenchon a-t-il enfin compris que le bruit et la fureur n’étaient pas ses meilleurs alliés pour faire passer ses idées?

Le bruit de nos jours ne peut être lié qu’au libéralisme. C’est pourquoi Jean-Luc Mlenchon était dans l’erreur avec sa stratégie.

Personnellement, après avoir voté pour lui au premier tour des Présidentielles avec certaines réserves , je me suis vite éloigné de ce tumulte et ce fracas, ayant trop souvent besoin de me poser pour ne rien faire et pour bayer aux corneilles.

Mais dans ce monde moderne ou tout est fait pour que l’on soit occupé à tout instant, ou le téléphone est devenu une partie de nous-même, ou l’on peut à chaque instant suivre l’actualité, ou l’on veut que les magasins soient ouverts 24 heures sur 24, le leader de la gauche de la gauche doit-il être un homme du « bruit et de la fureur », ou celui de la réflexion et des moments de pause?

A méditer pour la ligne à suivre dorénavant pour la vraie gauche.

Et pour les partisans les plus durs de Mélenchon qui préféraient insulter ceux qui s’éloignaient du Front de Gauche à cause de cette stratégie du « bruit et de la fureur », il serait bon aujourd’hui de faire leur mea-culpa.

Car si aujourd’hui Jean-Luc Mélenchon éprouve le besoin de souffler, c’est surement parce qu’il a compris que cette façon de faire de la politique n’était pas la bonne, et qu’en plus de donner une mauvaise image de sa personne,elle était épuisante physiquement et moralement.

Publicités
Cet article, publié dans C'est politique, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Mélenchon: « Du bruit et la fureur » au « besoin de dormir ».

  1. fatizo dit :

    En se bouchant les cages à miel ce n’est pas suffisant.
    Bonne soirée CNabum

  2. cestnabum dit :

    Fatizo

    Finalement, nous avons traîté le même sujet, un vrai problème de société d’ailleurs qui passe trop souvent sous silence.

    Comment baÎller aux corneilles dans un tel vacarme ambiant ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s