Tambouille faite en chambre

L’indigestion législative.

images-2.jpeg

Comment accorder le moindre crédit désormais à un « moi », sorti des cuisines politiques de nos chers représentants de commerce ? Nous devinons, derrière chaque décision, l’ombre portée des groupes de pression, des cryptos-influenceurs qui agissent en sous-main, voire en dessous de table, pour faire valoir leurs intérêts particuliers, en déni de l’intérêt général.

Qu’importe le dossier, il y a toujours un ami, un membre de la famille, un secteur professionnel, un généreux donateur pour lequel est prévue une petite entorse à la règle commune, une belle niche ou un joli marchepied afin de renvoyer l’ascenseur. C’est bien la moindre des choses qu’au pays des coquins, les faquins s’entendent comme larrons en foire !

Alors, quand notre pouvoir législatif nous sort une belle appellation « Fait maison » pour qualifier les restaurateurs qui font l’effort de privilégier la cuisine avec des produits frais, des denrées de proximité et des plats préparés en cuisine (ce qui semble être la moindre des choses dans une officine qui fait profession de la restauration) nous pouvons être certains qu’il y aura anguille sous roche et lézard dans les alinéas.

Ce ne sont, certes pas, les vrais cuisiniers qui vont faire les cent pas devant les palais, qu’ils soient Bourbon ou bien Luxembourg, mais bien les requins de l’agro-alimentaire qui veulent défendre bec et ongles leurs produits douteux, leur chiffre d’affaires en eau trouble, leurs réseaux suspects de distribution. Et nos gentils députés et sénateurs d’ouvrir toutes grandes leurs oreilles et leurs poches pour écouter attentivement et béer devant les conseils de ces gentils donateurs.

La loi passe à la sauce du copinage et de la combine. C’est la loi à la carte et nous pouvons examiner, par le menu, les petites entorses aux principes supposés pour comprendre que la loi est déjà vide de sens le jour de sa sortie. Tout est prévu pour favoriser les tricheurs, pour encourager ceux qui savent détourner la règle. Les récentes affaires financières nous ont démontré, à l’évidence, que c’est un sport national chez nos chers politiques.

Nous continuerons d’aller au restaurant sans avoir la garantie de la fraîcheur des produits. Nous aurons encore des renvois nauséeux en sortant de certaines officines douteuses qui font juste de l’assemblage et non de la cuisine, qui se vautrent dans la tambouille et non dans la restauration. On leur a déroulé la nappe rouge afin qu’elles continuent de faire semblant et de nous leurrer ….

Le label « Fait maison » est une tromperie de plus. Trop d’alinéas qui viennent semer le trouble et la confusion. Les vrais cuisiniers seront une fois encore « cochons comme devant ». Leurs prix seront toujours plus élevés que ceux qui n’ont aucun scrupule et qu’un pouvoir indigne favorise encore. Il y a bien loin de la coupe aux lèvres !

images.jpeg

La loi indique qu’il suffit que le produit soit réceptionné par le restaurateur pour que le label soit applicable. On nous prend pour des cornichons de la grande distribution : ceux qui n’ont aucun goût. Une petite feuille de salade par-ci par-là et le label s’applique chez les margoulins des fourneaux, les virtuoses du four à micro-ondes.

Pourquoi n’y a-t-il jamais la moindre honnêteté sous les dorures de notre République bananière ? Pourquoi la loi n’est-elle en permanence qu’un immense labyrinthe permettant de trouver des travers, de prévoir des portes de sortie, de favoriser des contournements ? Pourquoi enfin la sincérité n’est-elle jamais de mise dans la loi ?

Pire encore, osera-t-on un jour enquêter sur le rôle exact des lobbyistes, sur les cadeaux qu’ils doivent distribuer généreusement à cette joyeuse troupe de quincailliers ? Si nos chers législateurs manient à merveille la casserole, ce n’est pas exactement là où il le faudrait. Les véritables princes du piano se désolent, le label «Fait maison » sonne creux, n’atteste de rien et est, une fois encore, une belle poudre aux yeux, une mise en bouche illusoire !

Gastronomiquement leur.

images-1.jpeg

Publicités

A propos cestnabum

Bonimenteur de Loire
Cet article a été publié dans Agissons l'internet, C'est politique, L'écologie en râlant, Plumes de vies..., Politique fiction ?. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s