Garçon ? La note !

Le grand séisme éducatif …

Hamon_mavaises_notes

Le gouvernement socialiste, à l’instar des grands pouvoirs visionnaires qui ont jalonné notre longue et grande histoire, va laisser une trace durable, un sillon profond dans l’aventure de l’éducation nationale. Il y aura l’avant et l’après Benoit Hamon, qui laissera sa marque, comme l’ont fait jadis en leur temps, Jules Ferry, Jean Zay ou Charlemagne, trois grandes figures du socialisme national.

Même si l’ironie perce un tantinet sous le propos, l’admiration n’en est pas moins présente pour vanter l’apport considérable que ce ministre va léguer aux générations futures. Dans une période où les bases même du grand service public de l’éducation sont ébranlées par des mutations sociales sans précédent que ce système ne parvient que bien modestement à juguler, Monsieur Hamon ose s’attaquer aux deux points essentiels qui maintiendront à flot la grande maison.

Quand ces réformes structurelles seront mises en exécution, il sera temps alors de se consacrer à quelques réformettes de moindre importance pour lutter contre l’extension de l’illettrisme, la baisse du niveau, les inégalités culturelles, les menaces sur la laïcité, la montée du communautarisme et la mort de l’ascenseur social. Tout cela, il faut bien l’avouer, semble si dérisoire face aux deux enjeux majeurs qui seront mis en chantier prochainement !

Tout d’abord, l’ABCD de l’égalité va imposer une refonte totale de notre vocabulaire. Non seulement une mallette pédagogique va montrer le bon chemin à nos maîtres et maîtresses, mais encore, ce vaste projet si ambitieux que nul ne peut prédire les conséquences de sa mise en œuvre, s’est donné comme but de redresser les mentalités et les représentations

Ainsi, dans les guides d’orientation professionnelle, les petits métiers du quotidien vont-ils changer de dénomination. Finis l’homme de main et la femme de chambre (même si les strausskhaniens s’élèvent encore contre cette mesure), terminés les hommes de paille et les femmes de petite vertu, au revoir les fils à papa et les filles de salle, adieu le garçon de café et la demoiselle des PTT ! Le genre a vécu et l’accord se fera sur la raison du plus fort : la seule qui vaille dans une société libérale telle que la défendent nos amis prétendument socialistes.

Nous ne mesurons pas toutes les conséquences de ce tremblement de terre des comportements. Les toilettes mixtes seront la règle et les urinoirs cesseront d’imposer leurs mauvaises odeurs. Les bicyclettes en col de cygne seront désormais les seules autorisées dans nos établissements scolaires. Les vêtements bleus ou roses, facteurs si contestables de discrimination, ne seront plus tolérés. Des changements en profondeur qui vont bouleverser les habitudes de milliers de familles !

L’autre cataclysme sera la suppression de la note. Si les professeurs de musique sont naturellement en première ligne de cette réforme fondatrice d’une nouvelle école, les autres enseignants ne pourront plus présenter la note ni menacer le pauvre chérubin ou la gentille damoiselle d’un zéro pointé. Plus d’anicroches et de notation négative : l’évaluation sera positive, le regard bienveillant et la réussite systématique.

C’est curieusement un gouvernement en échec sur tous les tableaux qui ose supprimer la note alors qu’il est affublé au quotidien d’un bonnet d’âne. Le socle sera commun, la grille aérée, le climat apaisé, les tensions dépassées. Exactement à l’instar de notre vie politique ; on mesure ici la cohérence de ce mouvement de fond qui va redonner confiance à une population déprimée.

Je laisse aux mauvais esprits, dont je ne suis pas, le soin de prédire alors les difficultés inhérentes à cette mesure pour les examens et les orientations, quand l’ordinateur décide de tout ou presque. Ne nous aventurons donc pas sur ce chemin scabreux et, afin d’éviter des calculs complexes et des situations abracadabrantesques, les diplômes seront attribués automatiquement afin de rompre enfin avec la crainte de l’échec. Dans le même esprit, chacun aura la filière de son choix : il serait tout à fait malvenu d’ introduire le moindre risque de frustration dans le cursus de nos chères têtes blondes, brunes ou rousses ….

Nous pouvons dormir sur nos deux oreilles : la France est entre de bonnes mains. Les questions essentielles sont traitées et le cap est tenu. Nous avons un gouvernement singulier qui abolit le genre et souhaite ne plus demander la note. Les contribuables vont apprécier ce revirement, tout comme les hommes de loi et les femmes de ménage. Nous entrons dans une nouvelle ère qui bouleversera nos relations sociales. La paix et la concorde, la prospérité et la joie de vivre seront à nouveau les marques de l’esprit français. Les cinq millions de personnes sans emploi n’auront qu’à faire un petit effort sur elles-même pour rompre avec leur insupportable morosité. Le gouvernement agit là où c’est nécessaire ; pour leur Bien.

Euphoriquement leur.

Publicités

A propos cestnabum

Bonimenteur de Loire
Cet article a été publié dans Agissons l'internet, C'est politique, L'école en questions..., Questions de société ?. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s