Manha de carnaval.

Les trains sont remplis d’oiseaux et de ballons qui pleurent… Stades perdus de l’enfance. La part d’humanité s’envole et dessine un dégagement  vers le ciel…sur le banc des futurs accusés, la pression s’exerce et les visages sont remplacés par des masques virtuels. Pas ceux du carnaval.  Rater la balle ou  rater sa vie. Déformation de qui lutte pour sa survie. Les fantômes du jeu n’offrent  désormais  rien d’autre que des réveils soudains. Miam –miam apathique des commentaires et bla-blas dribbleurs. Champions cuits à feu doux sur la plaque d’un écho sambatique. La torpeur morbide arbitre les rêves mercenaires….Bonheur figé de la station. Arrêt du gardien qui surjoue l’ennui. La bulle maquillée de l’espoir endort les filets. Les passoires n’existent plus. Un enfant se drape dans la patrie d’un  jour et chante le pays fictif. Billets hurleurs et foutu produit qui dégouline.  Même la goutte de sueur colle à la bourse .C’est l’heure du télépéage et la baballe franchit la ligne. Le poignet de l’arbitre oscille dans une vibration. Au loin retentit son sifflet aveugle. Tremblement du filet qui claque. Savoir qu’ailleurs courent des jambes de bois…avec  des têtes qui roulent sous des pickups. Boire les gradins qui fuient et siffler les traitres… Quelques transfuges dévorent parfois leur passeport. La marée du conforme  couvre les ados sidérés. Théâtre vermoulu de la paillette infâme. Gavage chauvin afin qu’un sang idiot ne soit pas versé dans la bouilloire.  L’addiction au plaisir confondu d’une arène flottante. Crève ballon ou mange ton putain de drapeau !  Que vienne le miracle, le signe du beau jeu marquant. La fraternité des passes du jeune noir Pelé ou du blanc Zico dans l’autre Maracaña. La danse claudicante de Garincha embrasserait l’âme partageuse de Socrates dans un tournis magique. Qui se souvient de l’indien blond Francisco Marinho  et de ses envolées vers l’azur….Il nous a quitté sans mot dire le premier juin, douze jour avant le début du mondial. Alors brassard noir ou grève des ballons.

Publicités
Cet article, publié dans Et si la vie..., Plumes de vies..., Un peu de rêverie..., est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Manha de carnaval.

  1. jean-michel plouchard dit :

    Ou est-ce que tu as vu que Socrate jouait au foot ? C’est contraire à la doxa platonicienne, nan mais !

    • lacaufeu dit :

      Bonsoir Jean-Michel

      Il s’agit de Sócrates Brasileiro Sampaio de Souza Vieira de Oliveira, plus connu simplement comme Sócrates, et surnommé le « docteur », est un milieu de terrain international brésilien né le 19 février 1954 à Belém et mort le 4 décembre 2011 à São Paulo. Titulaire d’un doctorat en médecine et politiquement engagé pour la démocratie, il a exercé comme spécialiste en médecine sportive et a été consultant après sa carrière sportive.
      Sócrates a été l’un des initiateurs et l’animateur d’une expérience unique d’autogestion appliquée au football, connue sous le nom de « démocratie corinthiane ». Elle doit son nom au club des Corinthians, qui évoluait alors en deuxième division brésilienne. En pleine dictature militaire, dans un contexte de corruption généralisée, c’est avec quelques-uns de ses coéquipiers, et le soutien d’un jeune sociologue4, ex-étudiant contestataire sorti de prison, que cette expérience est tentée. Dans ce système d’autogestion du club par les salariés, chaque décision liée à la vie du club est soumise au vote des joueurs, lesquels sont en tout état de cause liés quasiment à vie à leur club4. « Nous voulions dépasser notre condition de simples joueurs travailleurs pour participer pleinement à la stratégie d’ensemble du club. Cela nous a amenés à revoir les rapports joueurs-dirigeants. Les points d’intérêt collectif étaient soumis à la délibération», dira Sócrates (Source Wikipedia)

      Mais puisque tu tiens à la philo souvenir des Monty Python.

      Bien à toi.

      • jean-michel plouchard dit :

        Tu m’en bouches le corner, comme dirait l’arbitre, je ne connaissais pas ce socrates là

  2. cestnabum dit :

    Lacafeu

    J’ignorais tout de ce joueur.

  3. fatizo dit :

    Je suis allé voir qui était Francisco Marinho . N’ayant participé qu’au Mondial 74, je ne le connaissais pas, je n’ai suivi le football qu’à partir du Mondial suivant, celui de l’Argentine de Vidéla, pas le plus glorieux, c’est le moins que l’on puisse dire.
    Je préfère largement me souvenir du Mondial espagnol en 2002, celui du milieu brésilien magique de Zico, Socrates et Falcao; Plus de 30 ans après je regrette encore leur élimination par l’Italie.
    Tout comme l’élimination des bleus par la RFA bien sur .
    Bonne soirée Lacaufeu.

  4. Grève des ballons ça nous fera des vacances, c’est à peine commencé que je suis en overdose.
    Qui a dit « donnez leur des jeux et du vin »? Ca fonctiionne, plus de revendication, plus de misère tout la terre voit le monde en forme de ballon grr !!!
    Bon weekend.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s