À contre-courant.

LaBouSol au complet

10273232_670207229700651_8253160948412275749_o.jpg

Il était une fois des gens qui ne se connaissaient pas. Pourtant, ils avaient un bien curieux point commun : un de ces travers qui vous place en marge de la société. Par maladresse, conviction ou bien sans vraiment le savoir, les uns et les autres avaient le terrible défaut de tout faire à l’envers.

Comment vous expliquer cette déviance du quotidien ? L’un se couchait quand ses voisins se levaient. Si ce comportement n’est pas banal ; il devient particulièrement pénible à supporter quand on découvre que c’était à jouer les oiseaux de nuit, le noctambule furieux, le fêtard blafard. Il poussait l’artifice jusqu’à prendre ses repas à contre-sens, et s’arrêtait si souvent au dessert, qu’il finit par ne plus manger que des pâtisseries.

Un autre, pour satisfaire ses mauvaises pulsions prenait tout le monde à rebrousse-poil. Il aimait à prendre le contre-pied de tous et plus particulièrement des puissants. Il jubilait à l’idée de se mettre à dos ceux qui auraient pu lui donner un coup de pouce. Par principe, il allait à contre-sens, était toujours pour ceux qui étaient contre et contre ceux qui étaient pour. Avec lui, les querelles ne cessaient de se multiplier et de peu de repos était sa fréquentation.

10431416_670206663034041_8728896967277406875_o.jpg

Le suivant prenait les noires pour des blanches, les croches pour des pointées et les soupirs pour des dièses. Vous lui confiez une clef de sol, il en faisait une clef de fa, et se moquait tant et si bien des tempos et des rythmes, qu’il désespérait tous ses partenaires. Car, voyez vous : tout cela ne serait que de peu d’importance si l’homme n’était pas musicien. Mais hélas, il se piquait de jouer de nombreux instruments qu’il martyrisait avec délectation jusqu’au moment où, enfin, il s’accorda avec un accordéon et des bretelles.

Son comparse confondait la musique et les images. Sur ses portées, il accrochait des clichés ; aimant à jouer du clair-obscur, il développait des idées très personnelles sur la lumière et les contrastes. Sur un piano, il lui fallait plus de touches noires que de blanches et il était bien délicat de trouver un terrain d’entente avec lui. Heureusement, il avait plus d’une corde à son arc et faisait feu de tous bois.

Le dernier cumulait tous les défauts de ses comparses. La tête à l’envers, il tirait le diable par la queue et le temps lui filait entre les doigts . Il allait par monts et par vaux, n’était jamais là où l’on l’attendait. Il était un condensé de chacun, une catastrophe ambulante, un typhon ou une tornade. Jamais de repos avec lui et encore moins de certitudes. Il avait un violon d’Ingres mais on ne savait jamais lequel.

10383765_670206843034023_5200201420730624395_o.jpg

Comment pouvaient-ils se trouver ? C’est bien là l’énigme de la fable, la chose si improbable qu’il fallait un sortilège ou bien un tour de passe-passe pour faire de cet ensemble hétéroclite et dysharmonique, un groupe acceptable à défaut d’être présentable. Cependant, un étrange concours de circonstances, une invraisemblable succession d’impondérables permirent l’inimaginable.

Le premier découvrit qu’il aimait aussi le foie gras, le second se fit menteur pour plaire à tout le monde, le troisième se fit remonter les bretelles, le quatrième prit la pause et le dernier mena tous les autres en bateau. S’ils ne changèrent rien dans leurs manières, ils eurent enfin l’âme marinière.

10362807_670207346367306_5331659902425059834_o.jpg

C’est sur l’eau qu’ils allaient pouvoir se mettre d’accord, emprunter un chemin commun sans qu’il fût nécessaire de le paver de bonnes intentions. C’est sur la Loire que se déroula cette impossible alchimie, ce curieux mélange qui transforma or, argent et bronze en plomb. Si au prix du marché, l’opération n’était guère rentable, elle eut le mérite de les réunir pour un projet commun.

C’est alors qu’ils durent prendre une direction: la belle affaire que voilà ! S’ils avaient écouté leur boussole, ils se seraient éparpillés aux quatre points cardinaux, laissant le dernier tourner en rond entre ses deux ponts. Mais il n’était plus temps de tergiverser ou bien d’attendre la prochaine pleine lune. Pierrot avait trouvé une plume et écrit assez de chansons pour que commence la farce.

Comprenant, dans un sursaut de lucidité, qu’ils ne feraient jamais rien à l’endroit, ils embarquèrent sur cette galère en se jurant de remonter le temps et les modes, les pendules et le tempo. C’est à contre-courant que naviguera leur esquif. Loin des chemins habituels et des voies toutes tracées.

10450241_670207066367334_5202542231838592710_o.jpg

Prenez donc la peine d’embarquer avec eux. Ils vous proposeront des chansons et des fables, toutes de leur composition ; ce qui ne vous mettra pas à l’abri des mauvaises surprises, des rencontres inquiétantes et des voies d’eau. N’espérez pas arriver à bon port : ils feront naturellement tout l’inverse. Bon voyage quand même ; à contre-courant vous finirez bien par arriver aux sources de toutes choses !

Inversement vôtre.

Photographies : Olivier Parcollet

1498995_670206883034019_1955342073790393554_o.jpg

Publicités

A propos cestnabum

Bonimenteur de Loire
Cet article a été publié dans Et si la vie..., Plumes de vies..., Traques d'arts, Un peu de rêverie.... Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour À contre-courant.

  1. Petite marrante dit :

    Portrait bien sympathique de ces « à l’envers » !
    Bonne soirée Cestnabum

    • cestnabum dit :

      Petite marrante

      Il est important de ne jamais se prendre au sérieux

      S’il leur faut une piqure de rappel, ils peuvent compter sur moi !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s