De la colère en général

Tornade intérieure

3947040495

Un mot de travers, une goutte d’eau qui déborde, la corde qui finit par craquer, les vannes qui s’ouvrent et la colère monte, monte, monte. Elle est destructrice, elle vous submerge, elle emporte tout sur son passage et efface ce qui avait été acquis à force de patience. La colère est mauvaise compagne, piètre conseillère, terrible moment où tout bascule.

Elle s’impose à vous, vous coupe toute retraite. Elle vous montre le seul chemin qu’il ne fallait pas prendre, vous conduit par le bout des nerfs dans la pire impasse. Elle a ce don diabolique de guider sa victime vers l’inéluctable, l’irréparable, dans cette impasse dont on ne peut se sortir.

Elle vous avait envoyé déjà des signes, des signaux d’alerte. Vous les avez enregistrés avec un dédain méprisant. Ce n’est pas aujourd’hui que cette vilaine dame va vous faire sortir de vos gongs. Vous repoussez ses avances, vous lui tournez le dos. Elle revient à la charge, elle ajoute encore un grain de sable dans les rouages de votre patience. La colère est opiniâtre !

Vous prétendez ne pas l’entendre, ne pas sentir qu’elle vous tire par la manche pour vous entraîner vers le gouffre. Vous laissez monter cette pression intérieure qui précède l’orage. Le ciel s’obscurcit, chaque petite anicroche, chaque remarque, chaque geste se charge de cette électricité qui va vous porter à l’explosion. L’air vient à vous manquer.

Puis la colère sort de sa manche cette insidieuse petite étincelle qui va déclencher la foudre. Le nuage crève : vous êtes emporté comme un fétu de paille. Elle a pris votre contrôle, elle est maîtresse de votre rage, elle s’amuse de vous et vous laisse sans résistance face à sa folie destructrice. La colère dévore tout.

Les mots qui tuent, les gestes qui blessent, les décisions sans retour. En une seconde, vous pouvez infléchir le cours de votre existence. La colère n’a aucune mémoire, elle prend, elle tord, elle malaxe, elle détruit, elle désagrège. Vous n’êtes que le sujet de sa folie, simple pion balloté par les vagues d’une tempête démoniaque.

Enfin elle s’en va ! Vous n’êtes plus rien. Elle vous a vidé, vous a privé de vous-même. La colère a réussi son coup. Plus rien ne sera comme avant ; elle a tracé une ligne de fracture, creusé un sillon profond qui s’incruste dans les cœurs, le vôtre mais aussi celui des autres, les pauvres témoins innocents de ce saut dans le vide.

La colère est perfide. Elle vous a ôté toutes les possibilités de rachat. Elle fige le temps, elle interdit le pardon, elle n’autorise aucune réparation. Elle a créé de façon définitive cette mémoire du vide, ce moment de la bascule. À chaque occasion, elle reviendra vous titiller, vous provoquer en vous soufflant au creux de la conscience : «  Tu vois, ça recommence ! » …

La colère a gagné la partie. Avec elle, on ne distribue pas une nouvelle main. Les cartes sont désormais biseautées ; les jeux sont faits et rien ne va plus. Vous êtes condamné à revivre sans cesse ces instants fatidiques. Vous désirez remonter le temps, effacer l’instant fatal ; vous tournez en boucle, devenu son esclave.

La colère vous a enchaîné à un lien invisible, une entrave incassable. Elle a fracassé le passé, n’y laissant qu’un champ de ruines. Vous n’êtes et ne serez jamais plus le même. Il est trop tard ;la colère ne passe jamais, elle reste tapie, sournoise, impitoyable, prête à vous prendre à nouveau pour le moindre prétexte.

Vous regardez derrière vous. Les regrets n’ont pas lieu d’être ; il n’y a plus rien qui puisse être fait. La colère a laissé ses stigmates.

Inéluctablement mien.

Dans le grand tourbillon de la colère, j’ai supprimé le compte facebook de « C’est Nabum  » . N’en soyez-donc pas surpris ! 

Publicités

A propos cestnabum

Bonimenteur de Loire
Cet article a été publié dans Et si la vie..., Plumes de vies..., Quelques lettres, Questions de société ?. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour De la colère en général

  1. zalataya dit :

    Bravo pour ce texte si juste qui resonnera en chacun de nous, même si je ne pense pas que la colère ne laisse « aucune possibilité de rachat » ou » interdise le pardon », heureusement d’ailleurs …. Me permettez-vous de le transmettre? Cordialement vôtre

    • cestnabum dit :

      zalataya

      Merci pour le compliment

      Vous pouvez naturellement transmettre ce texte si tel est votre plaisir.
      J’en serai d’autant plus flatté

      Amicalement

  2. fatizo dit :

    « La colère a laissé ses stigmates. »
    Qui peut faire cesser cette colère, et par conséquent nous faire éviter ses stigmates.
    Bonne soirée CNabum

  3. Petite marrante dit :

    Ce très beau texte résonne curieusement avec l’actualité…
    Malheureusement je ne crois pas que ceux qui ont glissé dans l’urne un bulletin marine ne soient animés que par de la colère…. Et ça en effet ça met en colère!
    Bonne après-midi Cestnabum

    • cestnabum dit :

      Petite marrante

      Il est effectivement et étonnamment d’actualité alors que les raisons personnelles sont toutes autres …

      J’ai fait en sorte de prendre de la distance sur les motifs réels et c’est ce qui permet cet écho qui interpèle !

      Là encore, le votre brun justifie aussi une grande émotion et cette fois ce serait plus la rage …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s