Mais quand se tairont-ils ?

Des actes et vraiment moins de paroles.

1970480_291101451045132_1128155546_n

Un jumelage franco-allemand est l’occasion d’une animation marinière. Une exposition, des vidéos, une chorale expliquent la Loire à nos amis d’outre-Rhin. L’ambiance est bon enfant mais la barrière linguistique se fait sentir et rares sont les Français qui maîtrisent suffisamment la langue de Goethe pour tenir une conversation digne de ce nom.

Votre serviteur est aussi à l’aise avec les langues étrangères qu’une poule avec un couteau. Je reste donc à l’écart pour ne pas ajouter le ridicule à mon ignorance crasse ; légèrement inquiet toutefois puisqu’on m’a demandé de dire un conte et je sais l’opération plus que délicate par le truchement d’un interprète.

C’est maintenant le lancement des réjouissances. Le chœur marinier monte sur scène, accompagné par ses deux chefs, musiciens émérites. Ils entonnent une chanson entraînante, les visiteurs germains se balancent ; la musique est bien un langage universel, qu’importe si les paroles échappent à la compréhension .

Mais, en France, les discours s’imposent et monsieur le Maire vient faire son petit compliment. Il a le tact d’être bref et l’habileté de le dire en allemand. La chorale se tient tranquille, les mariniers et les marinières sont sages pour l’instant et offrent un joli-arrière plan à ces échanges d’amabilités, somme toute normales, pour des gens qui célèbrent vingt ans d’un jumelage actif.

Puis, après de gentilles courtoisies, monsieur le Maire propose à la vice-présidente du conseil régional de venir dire quelques mots. Le protocole suggère cette marque de déférence ; la dame en question s’empresse d’accepter le micro. Nous ignorons alors que le plus dur est à venir ….

L’élue d’une majorité, récemment laminée lors des élections municipales, désire sans doute redorer le blason d’un courant politique en décrépitude. La suite nous donnera alors quelques indices pour expliquer le désastre actuel. La dame est élégante, son verbe est maîtrisé, sa posture digne et responsable. Malheureusement pour elle, elle prend quelque peu l’eau en voulant s’essayer à l’allemand. Elle revient bien vite au français, ce qui, hélas, va doubler le temps consacré à ce pensum insipide.

Ne revenons pas sur l’insupportable protocole qui exige que nos représentants commencent toujours par se saluer les uns les autres dans un ordre soigneusement défini par ce qu’ils osent appeler « l’étiquette » pour consentir, à la toute dernière fin, à saluer la plèbe par un discret «  bonjour à tous » ; rien ne changera jamais dans ce système qui continue de singer les pratiques de l’ancien régime …

La dame se lance alors, et c’est tout naturellement sa mission, dans l’éloge des initiatives qui favorisent l’amitié franco-allemande. Elle en profite pour se faire représentante de commerce de son président en vantant les actions financées par le Conseil Régional. C’est de bonne guerre : je ne peux lui en faire grief.

Le propos traîne en langueur. La dame semble vouloir charmer un auditoire qui déjà s’impatiente. Elle ne perçoit pas les murmures et les mouvements de lassitude, elle est toute à sa noble mission. Elle enchaîne, reprenant souffle et esprit durant la traduction qui suit chacune de ses longues tirades.

Elle évoque maintenant le classement de la Loire au patrimoine mondial de l’humanité, ce qui n’est pas tout à fait exact, mais il ne faut pas lui tenir rigueur de cette approximation si fréquente à ce sujet. L’argument arrive à propos et ne choque personne même si le temps semble de plus en plus long.

Nous ne sommes pas au bout de nos peines. La dame en bonne politique, ne manque pas de nous distiller son petit couplet sur le scrutin européen qui se présente à l’horizon. Cette fois, c’est franchement pénible même si elle a l’élégance de ne pas tenir un discours partisan. La chorale tangue, les chanteurs, contraints au silence, dansent d’un pied sur l’autre pour tuer ce temps qui joue les prolongations.

Le pire est hélas à venir. La dame reprend ses couleurs pour rappeler la récente visite d’un ministre quelconque (comment peut-il en être autrement avec ce gouvernement ?). Je doute que nos amis allemands soient au fait des agitations de notre politique intérieure. Eux aussi, malgré la traduction, semblent s’impatienter. C’est alors le coup de grâce, la remarque qui vient rompre l’harmonie de cette rencontre jusqu’alors délicieuse.

La digne représentante d’une classe politique qui ne manque jamais une occasion de « déparler » , termine son discours interminable en précisant qu’à Orléans se trouve le mémorial des enfants du Vel d’Hiv. C’est délicat, parfaitement approprié au contexte amical et festif. Nul naturellement ne peut faire remarquer à la dame si importante qu’elle se conduit fort mal en la circonstance. Elle est si imbue de son importance !

J’entends autour de moi des critiques. Cette fois, la mesure est comble ! C’est proprement indigne et chacun de trouver la purge suffisante. Voilà encore une personne qui a illustré à merveille l’incapacité de nos représentants à la concision oratoire et surtout à la conscience des limites. Ces limites en question, elle les a allègrement dépassées, en épuisant notre capacité d’écoute et de patience mais surtout en pérorant avec une allusion d’une rare maladresse. Quand auront-ils enfin la dignité de se taire ces gens dont les actes sont bien moins retentissants que leurs paroles vaines et creuses. ?

Ratiocinement sien

https://www.youtube.com/watch?v=K45zVusHiK8

Publicités

A propos cestnabum

Bonimenteur de Loire
Cet article a été publié dans Agissons l'internet, C'est politique, L'histoire en questions, Plumes de vies..., Questions de société ?, Un peu de rêverie.... Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Mais quand se tairont-ils ?

  1. CCCP dit :

    Ach, je ne suis pas étonné à la lecture de cet excellent article ( je me devais de le souligner)!

    J’ai la chance d’être né dans une ville de France qui a choisi un double jumelage Franco – Allemand par conséquent avec les deux Allemagnes d’alors.

    J’ai aussi la chance que lors de la « réunification » ou colonisation de la RDA, ma ville natale, n’a pas choisi de rompre ses liens avec l’une des deux villes allemandes, mais a conservé sans inquiétude ses deux jumelages (cela honore bien ma ville considérée comme la  » ville la plus laide de France »…)

    Il est, je vous l’assure tout a fait possible de parler avec des allemands de l’horrible période de leur histoire qui mena, à la « guerre des pères » en Allemagne dans la décennie 1960 – 1970 , alors que nous, laissions de notre coté, nos stars collabos chanter sans passer par la case dénazification.

    Parler de cette ère hitlerienne et ses horreurs avec les allemands est aisée je vous l’assure même lorsque vous n’êtes pas à l’origine du sujet…Les allemands dans leur majorité « collectivement » assume et porte le fardeau des horreurs commis pas leurs ascendants…Il demeure dans la mémoire collective allemande une culpabilité que rien n’enlevera et qu’a défaut de ne pouvoir choisir le pays où ils sont nés, ils n’ont d’autre choix que l’eternelle culpabilité.

    Tant que la victime survivra, la culpabilité survivra ….

    Et, lorsque la communauté juive pourra tourner la page de l’horreur qui a frappé sa communauté, alors:
    Les 27 millions* de victimes soviétiques demanderont ce qu il leurs est dû
    Suivront alors toutes les nationalités telle les serbes entre autre puis viendra le tour des tsiganes, des handicapés, des gays et lesbiennes et de tout ceux que nous oublions bien souvent.

    A savoir, si dans ce contexte les propos étaient de bon aloi? Il est fort étonnant que dans un échange d’AMITIES cela soit pensable…dans le cadre d’un règlement de compte, sans aucun doute…

    CCCP

    *Chiffres approximatifs et temporaires. Les études sur les pertes soviétiques sont étudié par l’ensemble de la communauté internationale et sont toujours en augmentation tant ds les études américaines et russes ( soviétique pour la période et les états concernés). Selon les diverses études, russes et américains pourraient réévaluer les pertes soviétiques aux alentour de 30 millions de mort voir plus.

    • cestnabum dit :

      CCCP

      Je vous assure que j’ai éprouvé de la honte pour nos amis allemands
      Que cette responsable politique vienne leur servir une telle référence dans un cadre amical et festif était proprement dégueulasse Honte à elle et aux idées qu’elle défend.

      • CCCP dit :

        Cestnabum

        Sans remettre le moins du monde la teneur de l’Article, ni même ce qui y est rapporté fidèlement, peut être son cafouillis et les chemins pris pour s’en dépêtrer n’ont peut – être pas été pris dans le bon sens…

        en effet, si sont texte n’avait pas d axe directeur, peut être a t elle voulu rattraper un texte non écrit par elle même.

        J suis aussi surpris je te l’avoue qu’une dame du conseil régionale soit présente à cette cérémonie qui rappelons au passage est faite en sorte de permettre aux deux communautés de se rencontrer et de tisser des liens divers par des échanges qui le sont tout autant

        Elle aurai du garder une partie de son texte pour un tête à tête avec le représentant allemand et sous une autre forme, celle de la mémoire et du chemin parcouru ensemble depuis.

        Par solidarité aussi, je me dois de tirer mon chapeau aux interprètes, je l’ai été 5 ans en Allemagne et c’est pas évident.

        Et il y a encore bcp de choses à dire….
        Ps l’article est nikel ( comme d’hab…depuis la défaite de sarkozy, je n’étais pas revenu ici et les auteurs sont heureusement toujours là avec les bons sujets et des textes irréprochables!)

        CCCP

        • cestnabum dit :

          CCCP

          Ah que j’aurai disposé ce jour-là d’un véritable interprète.
          J’ai du renoncer à conter tant les deux dames, de bonne volonté, étaient perdues avec mon langauge vernaculaire et mes expressions imagées.

          Je me demande encore ce qu’était venue faire ici cette responsable politique Elle nous a ennuyé, ce qui est habituel, elle a troublé la fête, ce qui est impardonnable

          Merci à vous pour ce retour en fanfare

  2. fatizo dit :

    Peut-être que je me trompe, mais j’ai le sentiment qu’à une certaine époque on avait tout de même des politiques d’un niveau supérieur.
    Je pense que tout ce qui a été voulu depuis quelques années comme la parité, la discrimination positive,et autre décision faite pour que chacun puisse accéder à des responsabilités, a fait que ce ne sont plus les meilleurs qui sont primés, mais ceux que l’on choisit.
    Difficile de trouver le juste équilibre entre les conservateurs d’un coté, et les modernistes de l’autre.
    Bonne soirée CNabum

    • cestnabum dit :

      Fatizo

      Le talent leur manque et c’est bien là le pire des défauts.
      Des gens ordinaires à qui l’on confie un rôle d’importance et la tête prend de l’enflure. Les comportement suivent

      C’est navrant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s