Le règne du bambou.

Le vent balaye la rue sur le trottoir désert. Sans bruit, une pousse de bambou soulève l’asphalte…Ce rhizome têtu n’a que faire du plan du quartier. Il pointe vers la lumière et vise les lourds nuages qui n’aspirent qu’à crever de leurs pluies acides…habile traceur de rêve vers l’absolu, piqueur de curiosité -comment contenir son dessein ?  Il  s’attaque à nos rues avec une  incivilité arrogante. Doit-on lui arracher le cœur pour le convaincre du sens des choses ? Le coût des revêtements, est-ce que ça lui parle ? Combien de racines de pin ou de résineux ont été nécessaires pour couvrir ses villainies ? Et les dégâts engendrés sur le bitume venu du pétrole … Quelle idée fixe. En fait ce comportement obsessionnel est destructeur envers toute forme de civilisation. Les failles devant des maisons chatouillent déjà les pieds des esprits tourmentés. La progression est constante et il n’y a plus de moyens en caisse. On pourrait faire faire appel aux riches armateurs, sans mettre les pieds dans le plat, pour goudronner à tout va….mais où sont-ils et comment les joindre ? Tout a un prix, surtout le recouvrement des idées. Celles qui flottent sur les mers boivent déjà une tasse sombre et amère. Joindre les deux bouts comme un leitmotiv… Chantier évacué de murs absents. Une pointe transperce un toit nerveux qui n’a su s’échapper. Plus haut les bambous entament une danse avec le vent et soufflent le moral des habitants. Un jour c’est certain ils prendront les lieux et joueront peut-être dans une forêt…Seulement s’ils désirent vivre ensemble en tant qu’arbres …des bambouseraies s’élèveront alors des chants qui célèbreront l’avènement du bambou. Avec toujours le même refrain, celui de la fin des trottoirs.

Publicités
Cet article, publié dans Et si la vie..., est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Le règne du bambou.

  1. Petite marrante dit :

    La poésie urbaine du bambou…. Lui aussi il décolle les pavés ! Libre et triomphant.
    Bise cher Lacaufeu

  2. Anne Misslin dit :

    J’ai toujours aimé les bambous et les bambouseraies. C’est un « être vivant » fascinant, plein d’une poésie bien à lui. Il témoigne, en effet, dans nos villes si pauvres en Vie, de l’existence toujours présente de celle-ci, cachée sous l’asphalte et derrière les murs. Il faut juste y croire très fort!! Merci pour ce bel hommage à cette plante emblématique.

  3. cestnabum dit :

    Lacafeu

    Voilà enfin un coup de ambou très agréable

  4. lacaufeu dit :

    Merci pour votre commentaire .
    Je les contiens aussi avec grand plaisir depuis des années dans le jardin. C’est au cours d’une promenade aujourd’hui que je les ai vu sortir ailleurs en pleine rue. Un peu comme des symboles de la liberté des idées ils circulent contre toute forme d’aliénation. Et c’est beau….
    Bien amicalement.

  5. Dan Gazénia dit :

    Mon jardin est couvert de bambous dont les racines rampent comme des serpents, et quand ils se pointent, arrogants au milieu du sol de ma tonnelle, je ne sais que faire? C’est la vie, et même si le béton ne leurs résiste pas, ce béton telle une dalle d’une tombe qui recouvre la terre de nos ancêtres, pour laisser les voitures polluer le peu de champs et de forêts, qui nous permettent de respirer…encore!.
    Dilemme! Dois-je les scier ces petits bambous ?.Ils ondulent en jouant avec le soleil, me protégeant des regards hostiles de voisins curieux.Je les aime.
    Béton ou bambous?
    Au fait, il suffit de les planter, en les entourant d’un muret en ciment !.Le dire aux propriétaires des jardins! et à la Mairie!.
    Amicalement
    Dan » la jardinière »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s