De quoi vous refroidir.

La filière danoise.

21.06-douanier-illustration-930x620_scalewidth_630

Nous l’appellerons Jean pour ne pas lui causer de soucis. Il se peut tout aussi bien qu’il porte le prénom d’un autre apôtre mais telle n’est pas la question. S’il a failli pécher ce n’est ni par omission ni par pensée. Ce sont des malandrins qui ont voulu profiter de sa naïveté pour le mener à la faute et pire encore …

Jean est sorti tout frais émoulu d’une grande école d’ingénieurs qui se trouve en bord d’un fleuve navigable. Je demeure volontairement flou car les protagonistes de cette sombre histoire étant toujours en contact, dans ce monde sans scrupule, il est préférable d’être plutôt du côté du manche que de la cognée.

Jean vient d’obtenir son premier contrat. Il a l’âme aventureuse et les pieds ailés ; il s’est porté volontaire pour une expérience de six mois dans un pays du sud-est asiatique. Nous dirons que c’est le Laos, toujours pour troubler un peu plus les pistes. Vous comprendrez mieux mon souci de semer la confusion car les acteurs sont toujours en exercice et rien ne permet de croire qu’il viendra à l’esprit d’une autorité quelconque de punir le puissant malfaisant.

Jean va travailler pour une grosse, très grosse entreprise française qui sous-traite au Laos un énorme chantier. Jean sera le seul européen dans l’entreprise locale, constituée exclusivement d’une main-d’œuvre autochtone. Il apporte ses connaissances techniques et certainement une caution de sérieux. La suite prouvera que sur ce point, on ne se trompait pas …

Le directeur laotien de la filiale, un homme haut placé en son pays, un notable à l’abri de tout soupçon profite de l’aubaine ; une jeune recrue, un occidental aux dents longues vient à lui. C’est l’occasion rêvée de lui demander une petite faveur, un service qu’un subalterne ne saurait lui refuser. Le garçon va prendre l’avion pour ce long voyage, il faut en profiter.

Le directeur envoie un message à son futur collaborateur. Un courriel dont il prend la précaution de transmettre une copie à la maison-mère par le truchement de la DRH. Voilà une procédure qui sent bon la voie hiérarchique et qui ne peut prêter à confusion. L’homme demande à Jean de différer son arrivée de deux jours afin de lui apporter en mains propre un colis qu’il fera livrer à son domicile en France avec l’ accord de ce dernier,

Jean désireux d’arriver dans les meilleures dispositions sur ce nouveau poste, ne peut se dérober et accepte cette mission. Il souhaite simplement avoir des informations plus précises à propos du colis à transporter au cours de ce voyage qui nécessite une longue escale sur un territoire assez sourcilleux. Le directeur informe Jean, toujours par courriel mais cette fois sans en référer à la DRH compétente, qu’il s’agit d’un traitement contre la stérilité masculine, que le colis pèsera 6 kilogrammes car il sera réfrigéré.

Jean commence à se poser des questions. Ses parents n’ont plus le moindre doute sur l’obscurité de la démarche mais à l’âge de Jean , on ne voit pas le mal partout et le jeune homme n’écoute que très modérément les avertissements parentaux. Heureusement qu’un camarade lui met la puce à l’oreille. Jean titille le fameux directeur pour en savoir un peu plus. L’autre finit par lui avouer que ce sont des paillettes séminales venant du Danemark et destinées à une nièce en traitement ad hoc. Bien sûr, ajoute ce charmant personnage, rien que de très légal, le colis sera accompagné des papiers accréditant la thèse.

Cette fois, Jean s’inquiète. Il en réfère directement à la fameuse DRH qui le remercie de son honnêteté et lui promet de se renseigner plus avant et de lui envoyer sous peu des recommandations au sujet de cette démarche de plus en plus surprenante. Vous devez bien vous douter que Jean attend toujours la réponse définitive de cette bonne société. Il vaut mieux avoir un jeune collaborateur en prison ou bien en situation délicate plutôt que de se mettre mal avec un puissant associé laotien !

Jean doit prendre seul la décision. Ses parents le poussent à refuser ce qui pourrait s’apparenter à du chantage s’il y avait des possibilités de recours contre de tels personnages. Il prévient son mandataire et néanmoins futur patron que selon lui, l’importation en France comme l’exportation de produits issus du corps humain sont strictement interdits. Il joint les références légales à ce courriel qui risque de lui coûter sa place.

C’est donc sans la fameuse mallette que Jean prend l’avion . Le directeur en question trouvera sans doute un autre pigeon voyageur pour lui permettre d’arrondir ses fins de mois. Pour l’heure, notre héros n’a pas eu a subir de rétorsions suite à ce refus, c’est heureux ! On peut simplement s’étonner que la grande entreprise française n’ait plus donné signe de vie au sujet de cette incroyable manœuvre.

Ainsi, ceux qui ont eu à suivre ces épisodes rocambolesques apprennent avec stupeur que le commerce de sperme danois est un grand classique dans cette partie du monde. L’affaire n’est cependant pas ébruitée ; le Danemark ne sort pas grandi de tels agissements et les grandes sociétés multinationales continuent de se moquer des principes éthiques.

Laissons Jean tranquille, assurons-lui l’anonymat qu’il mérite. Dans cette affaire il est bien le seul à avoir bien agi . Mais lui n’est que le plus petit maillon dans ce monde de l’économie mondialisée. Quant à ses supérieurs, il n’est pas certain qu’ils ne soient pas complices d’une manière ou d’une autre. Cela est déplorable mais ainsi va la marche de l’économie planétaire !

Séminalement sien.

Publicités

A propos cestnabum

Bonimenteur de Loire
Cet article a été publié dans Agissons l'internet, C'est politique, Plumes de vies..., Questions de société ?. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s