Drame bovin sur le Ségala.

À défaut de mouton

Conflit de génération.

281_redim

Il était une fois deux fermes voisines sur le Ségala. Les familles y vivaient en paix, on peut même dire que la concorde et l’amitié régnaient en maîtresses des lieux. Tout allait bien, du moins en apparence, car comme souvent, le mal sournois de la jalousie ronge même les esprits les moins sujets à ce genre de stupide gangrène sociale.

Revenons à nos taureaux, car à défaut de moutons, c’est eux qui tiennent la vedette de cet épisode peu glorieux de la bataille ancestrale du dominant et du dominé. Pour la famille Coubyr, le taureau depuis des générations se nommait « Pompon ». Les injonctions bruxelloises pour identifier tous les animaux agricoles à quatre pattes n’y faisaient rien. Et même si ce Pompon là était né en une année en « A », qu’il avait papier officiel et numéro d’immatriculation sous le patronyme «d’Affreux », il était Pompon comme tous les autres …

 

De l’autre côté du fil barbelé, chez les « Malcou », il y a avait « Pataud ». Lui aussi était assigné à ce prénom charmant de père en fils, même si la génétique naturelle, depuis fort longtemps n’était plus responsable de la succession des générations dans ces fermes d’élevage du Haut-Ségala. L’autre était d’une année en « C », plus jeune, bien plus fougueux que son rival et voisin aveyronnais.

 

Les relations taurines eurent dû continuer ainsi comme le firent bien avant eux les premiers Pompon et Pataud de la longue succession qui les a précédés. Mais voilà que l’impondérable et les soucis sécuritaires dans l’élevage moderne ont apporté leur grain de sel. Pompon quand il était encore chez son éleveur sélectionneur fut privé de ses cornes. On le devinait agressif et chafouin, il fallait préserver le futur fermier qui l’aurait en charge !

 


De cette terrible ablation, Pompon ne s’était moralement jamais remis, d’autant plus que l’infâme Pataud, ce jeune paltoquet, en portait fièrement une belle paire sur la tête, à vous faire damner de jalousie. Chez les bêtes aussi, les questions d’apparence prennent des proportions énormes, nous allons bientôt nous en rendre compte …

 

Pompon, manifestement traumatisé, détourna son sentiment de frustration en une énorme agressivité contre son jeune rival. Leurs relations en permanence conflictuelles, vinrent sonner le glas de la belle harmonie historique qui régnait jadis entre les Pompons d’en haut et les Pataud d’en bas. Les familles Coubyr et Malcou ignoraient alors tout du changement d’époque qui était en train de se produire …

Des regards de travers, des mouvements du sabot, des souffles vengeurs, des beuglements discourtois furent les premiers signes d’une guerre larvée. Pompon bénéficiait encore du bénéfice de l’âge et en profita l’an passé, pour mettre une belle rouste à ce jeune encorné. Mais la vengeance est un plat qui, chez les taureaux aussi, se mange froid. Ce qui devait advenir, advint en ces premiers jours d’août 2012.

 

À l’heure où l’éleveur fait rentrer ses bêtes à l’étable pour nourrir les veaux sous la mère, il manquait trois bêtes à l’appel … Pompon était des absents, ce qui ne manqua pas de l’alarmer même si le taureau n’est que de peu d’utilité pour nourrir les veaux, sa présence tutélaire rassure ses femelles et ses quelques rejetons. Beaucoup sont hélas les fruits de l’inséminateur, plus régulier que le brave géniteur …

 

Le père Coubyr, les soins aux veaux achevés, entreprit de s’enquérir des absents. Il ne tarda pas à retrouver ses bêtes et ce qu’il vit alors lui indiqua en peu de temps la nature du drame qui venait de se nouer. Les clôtures étaient sens dessus-dessous, le fil électrique jeté à terre comme un fétu de paille et pire, la solide quadruple rangées de barbelés totalement arrachée. Il y avait eu bataille titanesque à n’en point douter !

 

Pire, Pompon gisait au sol, mourant ou peu s’en faut. Incapable de la plus petite réaction, le solide limousin était sur le flanc, vaincu par son rival, humilié, fauché comme la seconde coupe de foin. Il n’était plus que l’ombre du fier et arrogant chef de troupeau. Il n’avait plus qu’à se laisser mourir tant la défaite avait été cuisante.

Car, non seulement, l’abominable Pataud lui avait mis une rouste dont on ne se remet pas au pays des mâles reproducteurs, mais pire encore, il avait emporté, pour trophée de sa victoire, deux des plus belles femelles du troupeau. Le forfait dont on ne peut se remettre quand on a de la dignité et de l’amour propre. Vaincu, passe encore mais cocu quand on n’a plus de cornes, comment garder la tête haute et revenir à l’étable ?

 

Voilà, vous savez tout ou presque de ce drame bovin. Les relations entre les deux fermes vont-elles pâtir de ce qui se noua sur la pâture ? Nous n’en savons rien, pour l’heure, c’est le duel des experts qui va prendre le devant de la scène. Pompon va fermer les yeux définitivement, l’euthanasie est sa seule porte de sortie.

 

Voilà comment finit la triste histoire d’un taureau à qui l’on a coupé les cornes. Que les hommes se souviennent qu’il ne faut pas se mêler de ce que la nature a fait, ils seront alors plus sages ! Il y aura un autre Pompon, qu’importe la lettre qui sortira du chapeau. C’est ainsi depuis toujours, il n’y a pas de raison pour que ça change dans ce petit coin de France !

Tauromachiquement leur.

Publicités

A propos cestnabum

Bonimenteur de Loire
Cet article a été publié dans Et si la vie..., L'histoire en questions, Plumes de vies..., Traques d'arts, Un peu de rêverie.... Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s