Tirer les marrons du feu !

Tirer …

soka-tira

De la corde au flanc et pas seulement.

Voilà bien un verbe qui ne chôme pas. On tire à tout bout de champ sur tout et n’importe quoi. De l’expression anachronique à la forme graveleuse, que nous éviterons d’évoquer ici, le verbe s’étire et s’insinue dans beaucoup de domaines. Il a l’art de se faire distingué ou moqueur, flatteur ou salvateur. Je lui devais bien un petit hommage.

Le marin qui s’ignore se doit de débuter par cette corde qui finit par casser. C’est d’ailleurs l’occasion de mettre les bouts et d’éviter ainsi ce mot qui porte malheur dès qu’on est sur l’eau. Tirons à bâbord ou bien à tribord, à hue ou à dia, halons à l’ancienne mais tirons sur la corde avant qu’elle ne cède à l’usure du temps.

Vous pensez sans doute que vous allez vous en tirer à si bon compte. Je ne vais pas tirer un trait sur votre douce ironie, votre soupir lorsque vous m’avez glissé à l’oreille que je tire une fois de plus la couverture à moi. Je ne voulais pas que notre relation transpire et j’avais promis de ne pas tirer parti de cet usage douteux. Restons-en là, je vous prie.

Buvons donc le vin de la réconciliation tant qu’il est tiré. Il a y bien longtemps qu’on ne souffle plus dans le larigot et la flûte est devenue coupe que l’on pose sous la lèvre. Nous aimons l’excès, nous tirons le diable par la queue, lui qui l’a vraiment mérité. C’est sans doute ce qui explique que nos boulets sont rouges !

Je vous devine tirant la gueule et faisant la tronche à moins que vous ne fassiez l’inverse. Si ce verbe aime à se payer la tête du client, il peine à lui tirer un sourire. On ne peut tout avoir et on aurait dû en tirer la leçon en choisissant résolument la connotation foireuse : ce tir à blanc qui manque toujours sa cible.

Le tire-bottes ne vous permet pas de monter sur vos grands chevaux. Comment alors tirer à quatre épingles la queue de cheval bien tirée en-arrière en pensant pousser le bouchon trop loin. Ce n’est pas ainsi que vous panserez votre monture ! Ce qui explique sans doute que vous n’avez jamais été bien dans votre assiette et que cette démonstration fastidieuse peine à tirer à sa faim …

En passant du coq à l’âne, il y a sans doute peu de chance de parvenir à tirer la queue du chat. Tout ceci ne tire pas à conséquence ; ce ne sont que des mots et jamais Brigitte Bardot ne viendra ici tirer les marrons du feu pour défendre la cause animale.

Par chance, la corde initiale a été coupée en plusieurs segments. Nous allons pouvoir saisir la nôtre et, gare à celui qui tirera la plus courte ! Il sera contraint de tirer au clair ce billet abscons. La tâche sera rude et le résultat improbable. Il serait plus sage de tirer à la ligne, de cesser de tirer parti d’un verbe qui fait long feu.

Il faudrait penser à ne pas omettre les rois et les reines, la fève dans le gâteau permet de les tirer pour un accouplement qui ne vous tirera pas les larmes des yeux. Tout ceci n’est que fantaisie langagière et pas un jeu ; personne ne vous a demandé de tirer les cartes ! Vous vous en tirez bien. La révolution n’a pas tranché la tête à cette tradition. Vous voilà tiré d’affaire, vous sortez la tête de l’eau.

Cela tombe bien car nous embarquons à l’instant. Nous allons tirer une bordée et nous tirer la bourre. Ce n’est pas le moment d’avoir des tire-au-cul parmi nous, il va falloir souquer ferme et tirer le rideau sur ce billet qui n’a fait que vous tirer les expressions d’un nez qui n’avait pas de vers. Je ne m’en tirerai pas avec les honneurs ; j’ai voulu tirer au flanc pour écrire à la va-comme-je-te-pousse un billet mal tiré.

Je m’autorise une petite fantaisie. Je tire sur l’aiguille après avoir, depuis trop longtemps, tiré sur la ficelle. C’est grâce à elle que je vais pouvoir enfin vous tailler sur mesure ce charmant point final qui va nous sauver du naufrage. Ceci fait, je vous abandonne, je me sauve sur la pointe des pieds car je n’oublie pas qu’il me faut me tirer une épine de là.

Ne prenez pas la peine de tirer votre chapeau, le propos a tiré en longueur et nos relations en seront affectées. Je vous devine à couteaux tirés. Il est grand temps de prendre congé et de me tirer sans vous faire la révérence. Tout cela est tiré par les cheveux et il est urgent de les couper en quatre ! Je me tire ailleurs et vous tire une langue bien trop chargée.

Tiraillement vôtre.

http://www.dailymotion.com/video/xddjna_calaisis-tv-qfp-tirer-les-marrons-d_creation

Publicités

A propos cestnabum

Bonimenteur de Loire
Cet article a été publié dans Galerie d'images, Plumes de vies..., Quelques lettres, Questions de société ?, Traques d'arts, Un peu de rêverie.... Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s