Le serment d’allégeance

Plus bas, plus vil est-ce encore possible ?

serment.jpg

Le grand amiral, du haut de son immense respect des valeurs humaines, de la vie et de sa conception de l’autorité, a fait serment d’allégeance aux forces armées, masquées et sans insignes qui sont venues le lui demander gentiment. Quelle belle marque de chevalerie ! Quelle formidable loyauté vis à vis de sa nation ! Quelle grandeur d’âme !

Nous avons dans cette information tout le raccourci de ce monde sans honneur. Il y a d’abord ce télescopage de deux mots qui me semblent si contradictoire. Le serment : cette déclaration solennelle, cet engagement au nom de principes imprescriptibles se heurte à cette obséquiosité des lâches, ce déshonneur de ceux qui ne reconnaissent que la force.

L’allégeance est une bassesse, une courbette de valet, une négation de sa propre dignité. L’impétrant s’incline devant son maître, il se courbe, se ploie, se fait carpette sur laquelle son seigneur viendra essuyer ses bottes. Seul un militaire haut gradé pouvait prétendre à tant de vassalité, atteindre les bas-fonds de l’humanité belliqueuse.

hommagdedouardphilippe.jpg

Il y a encore le sentiment diffus que celui qui ainsi se drape dans son soi-disant sens de l’honneur, aurait pu être, tout aussi bien, l’ un de ceux qui ont ordonné de tirer sur la foule désarmée. Il y a dans ces baudruches, couvertes de médailles, une admiration sans borne pour le pouvoir et la force. Elles sont capables de tout pour satisfaire aux ordres, elles agissent sans jamais mettre en balance leur conscience ou leur libre arbitre.

Nous touchons ici la lie de l’humanité : ces êtres d’ordre et de discipline n’agissant qu’au nom d’un rapport de force qui place toujours la structure, l’organisation, le pouvoir bien au-dessus des conceptions humanitaires, humaines, sensibles. Ils n’ont pas de cœur : cet organe si rebelle qui bien trop souvent, vient entraver les ordres les plus monstrueux. Un bon soldat ne pense pas, il obéit aveuglement à ses chefs !

Cette allégeance se grime de respectabilité au travers d’un mot obsolète qui renvoie à la chevalerie, au code de l’honneur, aux belles heures désuètes des tournois Pour une fois, le langage des quartiers ou de la rue décrirait bien mieux l’acte indigne de l’amiral honteux. Il lèche, il baisse sa culotte, il se dégonfle, il tourne sa veste, il b… sa mère ! Tout, y compris de vilaines grossièretés, serait plus conforme pour décrire le comportement de ce pauvre type !

ecuyer-allegeance-roi-france.gif

Ne nous y trompons pas : ce personnage n’est pas seul de son espèce. Il appartient à l’immense cohorte des girouettes qui se tourneront toujours du côté d’où vient le vent. Il est le digne successeur de ceux qui ont obéi, lors des pires massacres, des plus abjectes monstruosités commises par les armées sous toutes les latitudes.

Je ne sais comment va s’achever la crise ukrainienne. Elle porte en elle les germes d’une déflagration. Toutes les allégeances que nous avons consenties à l’ami Poutine se paient au comptant en ce moment. La flamme olympique est encore chaude, la trêve illusoire est morte. Le Tsar, fort de la reconnaissance de sa puissance au travers d’une manifestation indigne, se pense au-dessus des hommes. Il va écraser un peuple qui aspire, maladroitement sans doute, à un peu de liberté et les spectateurs d’hier seront les impuissants de demain.

Curieusement, les jeux olympiques de Sotchi avaient eux aussi débuté par un joli serment, un serment de dupes et de jocrisses. Nous poursuivrons dans la droite ligne de ce qui s’est passé alors. Après le CIO, nos bons gouvernements nous interdiront, à n’en point douter, de porter ostensiblement le brassard noir pour honorer le futur sacrifice de ce peuple. Face aux bruits de bottes, nos démocraties ont toujours baissé leur culotte ! C’est ce qu’on doit appeler l’allégeance, je suppose …

320px-AdoubementLancelot.jpg

Pleutrement leur

Publicités

A propos cestnabum

Bonimenteur de Loire
Cet article a été publié dans Agissons l'internet, C'est politique, L'histoire en questions, Politique fiction ?, Questions de société ?. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s