Gogol blues.

A combien estimerait-on aujourd’hui l’âme de Gogol *en ligne ? Journal d’un geek aliéné qui envisage à son tour de racheter les âmes bientôt défuntes, au meilleur prix bien sûr…souci d’un business d’enfer offert au peuple, celui de la mort. Au rayon de la dérive continentale, la mer noire est sans couleur. Rouge sang peut-être. Drapeau déchiré de la douleur… cours, cours peuple derrière les oriflammes. Hisse, hisse haut la grandeur perdue par la magie des tweets. Tarass Boulba zappe le regard des cosaqueries incriminées… Journal d’un fou sur le pont du croiseur qui coule. Jouer une partition de Maidan à Simferopol, mais pour quelle mélodie ? Un hymne entonné par l’écho des présages, une nuit de la Saint-Jean. Ici, sur le boulevard de Sébastopol*, une vidéo d’idéaux regarde le nez absent du Revizor.  Là-bas, derrière les niches, les chiens inspectent et devisent entre eux des restes du manteau qui ne couvre plus rien…Quelle perspective s’ouvrira désormais à nos desseins d’architecture humaine ? Les régimes blindés ne font grossir que certains… et les autres viennent souvent finir à terre, comme les chenilles. Se faire tirer le portrait au milieu de la foule pour un roman de toile. Rester ce qu’on est, devenir ce qu’on n’est pas….l’image de la Crimée tourne toujours  plus vite et kidnappe les esprits. Ici comme ailleurs, les balles flottent sur les textos enragés du rire oublié. Les balalaïkas qu’on écoutait dans les soirées du hameau restent muettes. Qui voudrait donc couper Nicolaï  Vassilievitch en deux ?… Qui pourrait, même sur les réseaux, partager Gogol ?

 

*Nicolas Vassilievitch  Gogol est un écrivain russe d’origine ukrainienne, né à Sorotchintsy dans le gouvernement de Poltava (Empire russe) le 31 mars (19 mars1809 et mort à Moscou le 3 mars (20 février1852.(source Wikipédia) Œuvres : Les Ames mortes, Tarass Boulba, Les nuits de la Saint-Jean, Le nez, Journal d’un fou, Le Révizor , Le manteau , la Perspective Nevski, les Soirées du hameau …

* La guerre de Crimée opposa de 1853 à 1856 l’Empire russe à une coalition comprenant l’Empire ottoman, le Royaume-Uni,  le royaume de Sardaigne et l’Empire français de Napoléon III. Beaucoup de noms de lieux parisiens en sont issus : Sébastopol, Malakoff, Rue de Crimée, Zouave du pont de l’Alma….

http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_de_Crim%C3%A9e

 

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans Et si la vie.... Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Gogol blues.

  1. lacaufeu dit :

    Trés touché par ton commentaire sur ce texte Petite marante. Le legs des grands auteurs nous offre des angles de compréhension et d’explication du monde souvent plus instructifs que les nouvelles du front médiatique qui bégaye. Il est bon de les lire ou de les relire de temps à autre en les sortant du coffre.
    Bises.

  2. Petite marrante dit :

    Ton texte nous promène au travers des œuvres de Gogol de manière limpide. Superbe exercice littéraire ! En quelques lignes nous plonge dans les ambiances et les univers de cet immense auteur que j’adore.
    Bises Lacaufeu. Et si tu en as d’autres comme cela je suis preneuse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s