Ma déception « Renoir ».

Hier j’ai vu le film « Renoir » de Gilles Bourdos sorti sur les écrans depuis le 2 janvier.
La première critique que j’avais lu du film disait à peu près ceci :
« Le trio d’acteurs vedette est excellent, l’image est magnifique, mais hélas la réalisation fait penser à un téléfilm de France3 ».
Et bien , je pense que si je ne devais retenir qu’une seule critique de ce film, celle-ci serait celle qui correspond le mieux à l’impression que j’ai eu en sortant de la salle de cinéma.
Et ce ne sont pas certaines critiques dithyrambiques que j’ai lu par la suite qui me feront changer d’avis, pas plus qu’aux spectateurs qui se trouvaient autour de moi.Car pour eux comme pour moi, la première réaction qui s’imposa fut celle-ci : Le réalisateur n’est pas Jean Renoir .
Et si l’on veut rester dans le monde de la peinture, on peut dire qu’on tient juste là l’esquisse d’une oeuvre, mais en rien une toile digne du grand peintre.
              auguste-renoir-pont-neuf
                                                                    Pont-Neuf (1872)
Mais revenons au film.
Tour d’abord,de quoi parle-t-il?
Nous sommes en 1915, et Renoir est un peintre vieillissant . Son fils Jean qui a été blaissé à la guerre revient passé sa convalescence auprès de lui . Là il découvre Andrée, la dernière muse de son père, et en tombe amoureux .
Précisons qu’Andrée sera la première épouse de Jean Renoir, et que le couple se séparera en 1931, juste avant que la carrière du cinéaste prenne son envol .
                                 téléchargement
                                                                     Jean peint par son père .
Le film nous parle de la transmission du père à son le fils. Un fils qui cherche sa route et qui la trouvera grace à la jeune Andrée. Le réalisateur Gilles Bourdos nous dit: « Ce qui était passionnant dans le sujet, c’est que la transmission entre le père et le fils s’est faite par une jeune fille . »
Mais c’est là que le bas blesse. On aurait aimé  se passionner pour l’histoire d’amour entre Jean et Andrée, mais hélas les personnages manquent de profondeur, de substance,  de vie tout simplement.
Un comble tout de même lorsqu’on sait de qui on parle .
Le réalisateur a sûrement trop voulu ressembler au peintre, ici tout est (trop) suggéré.
Et c’est là le gros défaut du film à mon avis . Si ces petites touches suggérées relèvent du génie en peinture, ici elles en font un film qui ne décolle pas, un film ou les personnages manquent de profondeur d’ame .
Et comme le scénario est un peu faible, au final le récit avance  lentement et l’on finit par s’ennuyer.
                         280px-Dejeuner-canotiers
                                                      Le déjeuner des canotiers (1880- 1881)
Heureusement  il y a  Michel Bouquet , magnifique en Auguste Renoir. Le duo de jeunes acteurs, lui aussi encensé par la critique, tient plutôt bien la route, mais sans plus . Et n’oublions pas la lumière et les magnifiques images du film, qui bien souvent nous donnent « l’impression » d’être dans une toile de l’illustre peintre.
                            téléchargement (1)
                                                              Femme nue (environ 1909)
Mais hélas,en ce qui concerne le film à aucun moment nous n’avons la moindre « petite illusion » d’être dans un film du génial Jean Renoir .
Publicités
Cet article, publié dans Un peu de rêverie..., est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Ma déception « Renoir ».

  1. Cestnabums dit :

    Fatizo

    En ces temps d’économie, votre billet est précieux, il m’évite un déplacement et une dépense superflue. Merci l’ami ! Pauvre Renoir …

    • fatizo dit :

      Il reste tout de même la performance de Bouquet et la qualité de l’image et la lumière.
      Mais est-ce que cela vaut une dépense pour un billet de cinéma ?
      Si votre budget est serré, je pense que non .
      Bonne soirée CNabum

  2. larocheauxloups dit :

    Fatizo a bien résumé la chose: les affiches de cinéma et les bande annonce sont trop souvent devenu une vitrine à petites phrases vendeuse, toutes plus creuses et insupportables les unes que les autres.
    Et c’est souvent le problèmes des ceux qui font des films aujourd’hui, réalisateurs sans être cinéastes, ils délivrent des métrages techniquement parfaits mais finissent par en oublier toute force. Ils confondent habileté technique et créativité, ce sont des surfaces mouvantes sans profondeur. Jean Renoir était un cinéaste.

    Je ne le sentais pas du tout, ce film, j’aurais pu me planter mais apparemment, non… Un bon film sur un peintre? Le Van Gogh de Maurice Pialat, avec Jacques Dutronc.

    • fatizo dit :

      Aujourd’hui lorsqu’on nous parle d’un film , pour lui trouver des qualités, on nous parle du nombre d’effets spéciaux ou bien du budget , comme s c’était un gage de qualité .
      On en oublie le principal , l’histoire.
      Comme disait Gabin , pour faire un bon film, premièrement il faut un bon scénario, secondo il faut un bon scénario, et troisièmement il faut un bon scénario .
      Même si c’est un peu réducteur, l’essentiel est tout de même là .

  3. nanoub dit :

    Bonjour Fatizo,
    finalement, je fais bien de ne pas fréquenter les sallles sombres!
    Bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s