Oui, on peut parler de racisme anti-flic.

Connards de flics.

Rhaaaaa merde, les condés !!!!!! C’est encore pour ma pomme !!!!!!!!!!

J’te jure, si t’avais vu sa gueule, à ce con ! Ca l’amusait de jouer au p’tit chef !

D’façon, y sont jamais là quand on a besoin d’eux !!!!!!!

« Bonjour M’sieur l’agent »……… (tu te retiens…… t’as envie de lui dire : alors, y fait beau ? Vous êtes de sortie ?? Il est de combien votre quota, aujourd’hui ???)

J’écris là ce que tout le monde pense, à un moment donné, en tant que citoyen lambda. Ce n’est jamais bien agréable de se faire arrêter. Même si on sait qu’on est en « règle », qu’on n’a rien à se reprocher, on sait aussi que, s’ils le veulent, ils finiront par nous trouver un truc de biais. Il me suffit de les voir plantés à un rond point pour avoir le palpitant qui s’emballe……….. Les flics aussi sont racistes. D’une certaine manière, on leur rend la monnaie de leur pièce. Sauf que nous, on ne peut pas les aligner.. Et cette monnaie, on la leur rend en catimini.. A con, con et demi. Au jeu du plus con, on n’est pas sûr de gagner.. Alors, on la boucle devant eux, et après, on déverse toute notre colère à qui veut bien l’entendre. Humain.

Mon fils a 20 ans… ♪♫ que le temps passe vite………. madame hier encore, il était si petit ♪♫……. Il est raciste anti-flic, comme eux le sont anti-jeunes. L’histoire commence un samedi soir, sur la Terre. Et les jeunes, un samedi soir sur la Terre, on sait très bien ce qu’ils font. Et les flics aussi. Et c’est très bien qu’il en soit ainsi. Parfois, quand une voiture s’enroule gracieusement autour d’un platane, avec 4 cons de jeunes inconscients et vodka-redbullisés à mort dedans, on se demande vraiment où ils étaient, les flics…… On leur en veut de ne pas avoir été présents avant. On leur en veut.. à mort.

Un samedi soir donc. Il y a quinze jours environ. Il rentre de chez un pote, mon fils. Il est un peu plus de trois heures du matin. Il croise sur le bas-côté de la route leur voiture bleu-nuit……. Ils sont arrêtés là. A cinq. Dans leur bagnole de police. Il continue sa route, il tourne et sort du village.. Il jette un œil dans le rétro.. Rhhhhaaaaaaaaaa………….. c’est pour sa pomme……. Ils le dépassent, lui font signe de s’arrêter. Deux poulets sortent de leur caisse et lui, il sort aussi de la sienne. Quand ils arrivent à sa hauteur, aussitôt, il leur dit : j’ai bu deux bières…………… Hop.. Petite vérification de routine, petit souffle bip-bip qui vire au vert. Couleur d’espoir. On en tient un ! Petit signe de la main vers les collègues restés dans la voiture bleu-nuit.. « Vos papiers s’il vous plait.. » « Jeune conducteur ????? Vous savez que c’est tolérance alcool zéro pour vous ????? »

Oui. Bien sûr qu’il le sait. Il est seul. Dans la nuit. Ils sont cinq. Ils l’entourent. Ils fouillent la voiture. Ils cherchent autre chose… Une cerise sur leur gâteau ?

Et lui, il pense……………………………………………………………………………………….

Au bout de la nuit, leur fouille sans cerise terminée, il est invité à monter dans leur voiture. Le plus jeune d’entre eux va les suivre et conduire la sienne. « On va où ? »………. « Au commissariat. On va appeler tes parents pour qu’ils viennent te chercher. » Et là, il s’exclame : » Non. Laissez-moi les appeler, s’il vous plait… Si c’est ma mère qui décroche, ça va pas le faire.. Parce que, vous comprenez……….. » Et là, il se met à parler… Il raconte ses galères de jeune… Peut-être pense-t-il qu’ils n’en ont rien à battre, mais il parle… Et eux, ils le questionnent……. Un dialogue semble s’instaurer entre eux…… Elle est interminable la route.. Elle doit être, pour lui, interminable cette route et cette nuit…….

Pour moi, les minutes entre son appel et leur arrivée ont semblé interminables également….. L’essentiel a été dit, en peu de mots : « Je me suis fait arrêter. Les flics me ramènent à la maison. Ils veulent parler à papa. T’inquiéte.. j’ai rien. On arrive. »

Cette route interminable, ces flics là,  ils en ont changé le cours. Arrivés à un stop, les deux assis à l’avant se sont mis à chuchoter entre eux. A droite, direction le commissariat. A gauche, direction la maison du jeune délinquant assis à l’arrière, entre leurs deux collègues……. On se sait pas ce qu’ils se sont dit. Mais ils ont pris la décision de tourner à gauche. « Appelle chez toi. On va parler à ton père. »

Pas d’amende. Pas de perte de points. Pas de suspension de permis. Juste une remontée de bretelles……..  (en bon uniforme ???) Je ne connais pas leurs noms. Ni leurs grades. Je ne peux rien leur offrir. Juste ce texte. Juste mes mercis. Comme si rien ne s’était passé………… C’est souvent comme ça, avec les petits instants d’humanité……. On reste sans voix. Ou on chuchote.. On a tort. On devrait hurler de bonheur, heureux que ça existe encore.

Publicités
Cet article, publié dans Et si la vie..., est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Oui, on peut parler de racisme anti-flic.

  1. M’est avis qu’ils avaient un peu forcé sur le pastaga, tes condés, c’est pour cela qu’ils ne voulaient pas rentrer directement au commissariat. Ceci-dit, Mistou, on ne peut toujours pas faire du racisme anti-flic, parce que le jour où la race flic existera, moi, je serai de race martienne (il n’y a pas de poulets là-bas).
    Bisous martiens (tu as vu, je n’ai pas dit marxistes)

  2. dspure dit :

    C’est bien aussi de le dire, pour une fois qu’ils ne sont pas dans un gros délire. J’aime bien quand ils se rappellent qu’eux aussi ont été jeunes. C’est bien surtout parce que c’est très rare de nos jours. A part ça la bière + le volant c’est pas bien ^^(mon petit côté réac, lol) Bonne journée à toi.

    • mamistou dit :

      On peut tout imaginer……. Qu’ils se souviennent qu’ils aient été jeunes, ou qu’ils ont des enfants du même âge…………. Tout est possible. Et peu importe en fait.
      Bon week-end à toi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s